Comment sécuriser la maison pour les petits et les seniors

le
0

Dans le cadre du Salon des services à la personne qui est ouvert jusqu’à jeudi, il est possible de tester des objets connectés pour les petits et les personnes âgées, premières victimes des accidents domestiques.

Près de 50% des acccidents de la vie courante surviennent au domicile. Et ces accidents domestiques causent cinq fois plus de décès que ceux de la route, soit près de 18.000 personnes. Les enfants et les seniors en sont les premières victimes. Les premiers sont les plus exposés, les seconds, ceux pour qui les conséquences sont les plus graves, selon une récente étude de l’observatoire Mavie et de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Les habitations ne sont pas toujours adaptées à ces deux catégories de population. Cuisines, séjours, chambres et salles de bain sont les pièces les plus dangereuses à l’intérieur des habitations.

Comment les protéger au quotidien? À l’occasion du Salon des services à la personne ouvert jusqu’à jeudi Porte de Versailles à Paris, un espace baptisé la Maison du Mieux Vivre, est dédié aux solutions qui facilitent le quotidien des petits et des personnes âgées. «Car, contrairement à ce qu’on croit, les services à la personne et la domotique concernent aussi bien les seniors que les enfants», précise Brice Alzon, président-fondateur de la Maison des services à la personne (MDSAP).

» Visitez l’appartement qui change la vie des seniors

Cuisine aménagée pour les personnes à mobilité réduite, détecteur de fuite de gaz, robot qui transporte les objets trop lourds ou qui peut, parait-il, remplacer un animal de compagnie, les innovations sont nombreuses.

Et le salon propose aux particuliers de tester sur place ces produits. Pepper, Sam, Nao, Paro, Leenby, voici quelques unes des nouvelles têtes que vous rencontrerez si vous flânez dans les allées du salon.

«À l’aspect connecté, il est important d’ajouter la composante «big data», à savoir la collecte de données pour améliorer le suivi des personnes âgées ou des enfants. Pour l’heure, nous n’en sommes qu’aux prémices mais nous avançons avec les acteurs du secteur», explique Brice Alzon. C’est ainsi que la MDASP travaille avec Amazon pour proposer aux personnes âgées son fameux bouton Dash qui pourra leur permettre de passer une commande en un clic et d’être livré le lendemain. Collé sur le réfrigérateur, accroché sur le mur de la salle de bain ou sur la commode de bébé, il permet de se réapprovisionner dès qu’on vient à manquer d’un produit. Déjà commercialisé aux États-Unis, ce produit «de la taille d’un surligneur Stabilo» est disponible en précommande depuis la semaine dernière via une quarantaine de marques. Enfin, ceux qui font garder leurs enfants à domicile, découvriront une version modernisée du cahier de liaison, via des tablettes. Les parents expliquent leurs attentes en matière de nourriture ou de soutien scolaire, ansi que les profils de leur(s) enfants, et peuvent superviser à distance le travail des nounous.

Selon le ministère de la Santé, 1,2 million de personnes sont actuellement dépendantes et 500.000 ont recours à la téléassistance. Mais selon un sondage Ifop, 83% des Français aimeraient que les objets connectés soient complétés par une intervention humaine. La machine n’a pas encore remplacé totalement l’homme.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant