Comment se remettre en marche après un infarctus 

le
0
L'activité physique réduit la mortalité mais relève d'une prescription médicale.

C'est une stratégie aussi essentielle que les médicaments pour protéger le c½ur après un infarctus, mais dont la prescription reste largement insuffisante. Marche, jogging, cyclisme ou encore natation... «Après un accident coronarien, une activité physique d'endurance réduit de 20-25% le risque de décès et d'autant celui de récidive. Elle devrait faire partie intégrante de la stratégie thérapeutique», affirme le Pr François Carré, cardiologue du sport au CHU de Rennes, qui présentait récemment une communication sur ce thème lors d'un colloque à Paris (*).

Chaque année, en France, environ 100.000 personnes souffrent d'un infarctus. Grâce aux progrès dans la prise en charge médicale de ces accidents cardiaques, leur mortalité a été divisée par deux en dix ans. Actuellement, 87% des malades sont vivants au bout d'un an, et beaucoup ont repris une vie normale. La reconnaissance de l'activité physique comme atout thérapeutique est relativement récent

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant