Comment se prépare l'après-Assad en Syrie

le
0
Afin d'éviter un vide sécuritaire et institutionnel, deux entités sont en chantier : un conseil militaire, d'un côté, et un gouvernement de transition, de l'autre.

En coulisses, les grandes man½uvres s'intensifient pour préparer l'après-Assad. «Même si le régime peut encore mordre, reconnaît un diplomate français, l'attentat du 18 juillet marque un basculement, qui nous impose de réfléchir à la vraie question du jour d'après.» Avec une hantise clairement affichée: «Nous craignons une situation à la libyenne où les chefs de guerre tiendraient le haut du pavé, ou une situation à l'irakienne, avec un désert institutionnel», poursuit le diplomate.

Dans les chancelleries, deux mécanismes sont à l'étude pour palier ces vides politique et sécuritaire. Tout d'abord, sur le modèle de la transition égyptienne, la création d'une sorte de Conseil suprême des forces armées, regroupant les généraux déserteurs et ceux qui sont toujours en service. Ce conseil gérerait la période transitoire - neuf mois environ - à l'issue de laquelle des élections seraient organisées, et un projet de Constitution rédigé. Cette premiè

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant