Comment se «fabriquent» les notes du baccalauréat

le
0
Les commissions qui garantissent l'harmonie entre les différents correcteurs proposent exclusivement des rectifications à la hausse.

D'ici à début juillet, le ministère de l'Éducation nationale se réjouira de l'excellent taux de réussite des élèves au bac. Dans les familles, on débouchera le champagne. Le taux de réussite au bac est passé de 73,5 % en 1960 à 85,8 % en 2010 et les mauvaises langues enseignantes ne manquent pas de critiquer les consignes systématiques de correction à la hausse émanant des inspecteurs de l'Éducation nationale. Certains n'hésitent pas à parler de «tripatouillage des notes».

De fait, les professeurs de philosophie «de corvée de bac», qui vont aujourd'hui récupérer leur paquet de cent vingt à cent cinquante copies à corriger avant le 30 juin, sont fortement encadrés. Leurs corrections sont précédées et suivies de deux à trois réunions destinées à «harmoniser» la notation.

On y donne des consignes, écrites et surtout orales, qui éveillent l'intérêt, car elles restent confidentielles. «À tort ou à raison, elles sont soupçonnées de c

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant