Comment Sarkozy cherche à rebondir

le
5
Comment Sarkozy cherche à rebondir
Comment Sarkozy cherche à rebondir

« On savait que ça ne serait pas Disneyland, mais à ce point-là... » soupire dans les couloirs un cadre des Républicains, au siège du parti rue de Vaugirard (XVe). Un an après le retour de Nicolas Sarkozy à la tête du parti, et à dix mois de la primaire qui désignera le candidat de la droite et du centre pour la présidentielle, c'est la soupe à la grimace. Et pour cause : des sondages qui dégringolent, y compris chez les sympathisants de droite ; et surtout des concurrents qui ne ratent jamais une occasion de lui taper dessus.

« L'alerte est générale. Il faut sauver le soldat Sarkozy ! » lance, bravache, un de ses conseillers politiques alors qu'au même moment Alain Juppé, son principal rival, s'envole dans les intentions de vote pour la primaire : 38 % pour le maire de Bordeaux, 29 % pour l'ancien chef de l'Etat, selon un récent sondage Ifop.

Le principal intéressé reconnaît pour la première fois que le tableau n'est pas aussi parfait qu'il l'aurait souhaité à son retour : « Le bon score des départementales, en mars 2014, avait un peu bercé ses illusions. Mais les régionales de décembre dernier, avec la forte poussée du FN et les nombreuses critiques en interne, lui ont fait prendre conscience que ça allait être plus dur que prévu », traduit son entourage.

« Il en a connu, des hauts et des bas, dans sa vie ! Mais il n'est jamais aussi fort que lorsqu'il est en difficulté », jure un ancien ministre. Tandis que l'ultra-sarkozyste Guillaume Peltier, récemment promu porte-parole de LR, ne s'étonne pas de la situation actuelle : « Il a passé 2015 à remettre le parti sur pied, gérer au jour le jour la boutique. C'est une fonction qui expose beaucoup, un peu ingrate et qui, par nature, ne rend pas vraiment populaire. »

La stratégie pour rebondir se met déjà en place. « Ce n'est pas plus mal qu'il soit maintenant en situation d'outsider, de challengeur. Ça nous va même très bien ! » ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 11 mois

    Faut savoir être réaliste, lorsqu'on perd 16 % en un an sans avoir fait quoique ce soit d'extraordinaire, c'est le signe d'un rejet....peu importent les motifs...mais ça ne se remonte pas. Par contre voir un vieillard monter sans cesse, ça m'interpelle .

  • M7361806 il y a 11 mois

    Place aux jeunes ; il faut un grand coup de karcher aux républicains ! vive BAROUIN

  • bernm il y a 11 mois

    La France ne l'interesse pas. Son fils reve de rentrer dans les marines aux US, et lui reve des US. C'est juste le poste et la gloire qui l'interessent.

  • mary2776 il y a 11 mois

    aucun homme politique a une vision de la FRANCE isl pensent tous a leurs interets personnels

  • M1017309 il y a 11 mois

    Je crois bien que ce monsieur a eu sa chance et qu'il n'a pas fait preuve d'une grande efficacité, enfin le sieur juppé ne sera pas non plus bien efficace et devrait plutot réfléchir a prendre sa retraite aux frais des contribuables, il me semble que nous voulons du sang neuf, des visages nouveaux et des idées nouvelles, et pas des personnes qui s'accrochent a leur égo.