Comment Roissy justifie la pagaille de la neige à Noël 

le
0
Aéroports de Paris, qui attend beaucoup d'un rapport rendu public jeudi après-midi, va tenter de convaincre la ministre des Transports de sa bonne organisation.

C'est un peu le procès du glycol. Une table ronde doit réunir jeudi Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Écologie et des Transports, et l'ensemble des acteurs de la grande pagaille qu'a connu l'aéroport de Roissy le 23 décembre dernier. Les compagnies aériennes, au premier rang desquelles Air France, attendent d'Aéroports de Paris (ADP) des explications sur la pénurie de glycol, le liquide servant à dégivrer les avions. ADP entend se défendre et espère être disculpé par un rapport du Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD) qui sera rendu public jeudi après-midi. Un conseil d'administration s'est tenu mercredi chez ADP «pour valider de nouveaux investissements» ainsi que préparer les réponses aux compagnies clientes. Pierre Graff, le patron d'ADP devrait arriver à la table ronde avec plusieurs propositions, et notamment celle d'un investissement supplémentaire de 80 millions d'euros en engins de déneigement et 20 millions e

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant