Comment réveiller ce PSG ?.

le
0
Comment réveiller ce PSG ?.
Comment réveiller ce PSG ?.

3 victoires en neuf matches de Ligue 1, l'OM qui a déjà sept points d'avance au classement, le Parc des Princes qui ne fait plus peur, Cavani qui ne marque plus, Bahebeck qui sort du banc, actuellement, rien ne tourne rond au PSG. Pourtant, il va falloir se réveiller. Et vite. Quelques pistes pour rester en vie.

Se taper une vraie bonne crise de novembre
Hubert Koundé connaît bien la refrain : « Jusqu'ici, tout va bien ». Après tout, le PSG demeure la seule équipe invaincue du championnat. Pourquoi s'inquiéter ? Parce qu'en enchaînant les matches nuls (6 en 9 matches), les Parisiens stagnent au classement. Leur troisième place actuelle est un leurre. L'équipe tourne au ralenti et ne se remet pas en question puisqu'elle ne perd pas. Le club a donc besoin d'un électrochoc que le match contre le Barça n'a finalement pas produit. Aujourd'hui, la victoire sur Lionel Messi et ses potes est l'arbre qui cache la forêt. Elle a donné un sursis à Laurent Blanc alors que le temps presse, justement. Pour tout remettre d'équerre, il faut que les Parisiens aillent dans le mur une bonne fois pour toute. Qu'on se pose les bonnes questions plutôt que de brandir les blessures, la préparation ou le calendrier pour expliquer la méforme actuelle. Dans quinze jours, les Parisiens iront à Lens. Un promu actuellement dans la zone rouge. Le traquenard idéal. Et la présence d'Antoine Kombouaré sur le banc voisin serait un formidable pied de nez à l'histoire de ce club.
Rappeler Leonardo
Mine de rien, avec le Brésilien le plus classe du XVIème, ça filait droit. L'homme au pouce levé avait toujours le bon mot pour égratigner le football français quand son PSG toussait. Il savait se faire détester par les bonnes personnes. Actuellement, seul Laurent Blanc – de par sa fonction, se retrouve face aux micros. Nasser, lui, débarque quand tout va bien pour inonder les télés de son sourire plein de dents. L'état major parisien est pléthorique (Olivier Letang, Jean-Claude Blanc, le Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani) mais personne ne cause. Jamais. Leo ferait un bien fou à ce club en aimantant toute la pression sur ses costumes trois pièces. Le genre de truc qu'il adore faire, en plus. On s'en doutait, mais il manque un capitaine à ce navire. Quand tout baigne – comme l'an dernier, la barque navigue sans problème. Mais dès que les vagues déferlent, ça devient plus compliqué. Actuellement, et surtout en l'absence de Zlatan Ibrahimovic sur le terrain, on se demande qui est le chef de cette bande.






...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant