Comment remettre en état une pelouse en moins de trois jours ?

le
0
Comment remettre en état une pelouse en moins de trois jours ?
Comment remettre en état une pelouse en moins de trois jours ?

Winter is coming. Et avec lui, les sempiternels débats sur la qualité des pelouses françaises. Guide d'entretien pour mains vertes, parce qu'une bonne herbe est toujours un préalable à des jeux soyeux.

"C'est bien d'avoir fait un stade de rugby pour Toulon à Nice, je suis content pour eux. Mais quand on a une équipe comme la nôtre et un terrain comme on a, c'est un peu frustrant " Didier Digard l'avait mauvaise face à l'état de la pelouse de l'Allianz Riviera en octobre 2013, suite à un match entre le RC Toulon et l'ASM Clermont (victoire 25-19 des " locaux ", ndlr). Le passage de packs de rugbymen serait l'équivalent du passage d'une horde de sangliers selon Guy Roux, métaphore filée par Pascal Dupraz après un match à Nice en décembre 2013 : " le stade est magnifique, il faut juste que la pelouse soit meilleure. Quelques sangliers sont venus se promener. " Si ces figures d'un football à la poésie campagnarde n'ont probablement pas été constater les effets réels du passage d'une horde de sangliers sur un terrain, il n'est pas moins vrai qu'un champ de patate ne colle pas vraiment à l'idée du beau jeu. Dans ce cas, les yeux se tournent inévitablement vers le maître des lieux, le responsable pelouse, couramment appelé jardinier. Qui, lui, fait ce qu'il peut.

Du travail manuel au labourage en crampons


Eric Robin est en charge de la surface de jeu de l'ESTAC. Un homme qui connaît son métier : l'herbe de l'Aube est troisième du très officiel championnat de France des pelouses de la LFP. La première urgence, ce sont " les cicatrices à refermer. Puis il faut faire un piquage avec un vertidrain, une petite fourche, pour aérer. La semaine précédent le match, tu fais un autre piquage pour rendre la pelouse plus souple. " Mais le véritable fléau du métier, ce sont les escalopes, ces mottes arrachées et balancées ici et là : " il faut remotter, les replacer manuellement puis passer le rouleau. Quand un terrain est vraiment retourné, c'est terminé, tu as perdu ta densité et tu ne la retrouveras qu'au printemps. " Une idée confirmée par Jérôme Gudin, ancien du bien nommé stade de l'Abbé-Deschamps : " si la motte n'est pas remise, non seulement elle va crever les racines en l'air, mais aussi la partie de la pelouse située sous la motte. " Un travail minutieux, fastidieux, qui vaut plus encore pour les terrains d'entraînements : " il passe souvent à la trappe alors que c'est le terrain le plus utilisé. Tu vas bosser huit heures et le lendemain tu le retrouves défoncé, il…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant