Comment prédire la gravité des cancers de la prostate

le
0
Des marqueurs sanguins et urinaires permettent de prédire l'agressivité d'une tumeur, pour adapter les traitements.

Comment distinguer les cancers agressifs de la prostate, qui menacent la vie d'un patient, de ceux d'évolution lente, où une simple surveillance peut suffire ? Attelés depuis quelques décennies à ce gigantesque puzzle, les chercheurs commencent à en assembler quelques pièces maîtresses. Plusieurs équipes viennent ainsi d'identifier des marqueurs sanguins et urinaires qui aident à prédire la dangerosité d'une tumeur prostatique.

Pour les malades et la santé publique, les enjeux de ces recherches sont cruciaux. Avec l'augmentation exponentielle du dépistage par l'antigène prostatique (PSA), ces cancers sont de plus en plus découverts à un stade précoce (en France, environ 70.000 ont été dépistés l'an dernier, cinq fois plus qu'en 1990). Adapter l'«agressivité» du traitement en fonction de celle de la tumeur est donc une priorité, d'autant que la mortalité globale est faible, de l'ordre de 3 %.

Des médecins américains du centre de recherche Fred Hutchinson (

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant