Comment obtenir du rendement malgré les taux bas ? (BFT Gestion)

le
2

Les obligations d'entreprises auraient encore un couple rendement/risque intéressant.
Les obligations d'entreprises auraient encore un couple rendement/risque intéressant.

Pour BFT Gestion, filiale d'Amundi, des opportunités peuvent encore être saisies cette année pour obtenir du rendement sur le marché obligataire. Evitant les titres les plus « sûrs » ainsi que les plus « risqués », la société de gestion opte pour les titres au risque intermédiaire.

Le constat est clair pour Gilles Guez, directeur général en charge des gestions chez BFT : avec la faible inflation européenne et des taux directeurs centraux au plus bas, les primes de risques des marchés obligataires se sont fortement contractées en 2014. En conséquence, les obligations les plus « sûres » atteignent des taux de rendement proches de zéro. Désormais, « si l'on veut du rendement, il faut grimper sur l'échelle du risque en allant davantage vers le ''high yield'' [obligations plus risquées]. C'est une nécessité », affirmait-il. Toutefois, la prise de risques doit être bien mesurée.

Choisir des obligations « BBB » en restant sélectif

Pour BFT Gestion, l'une des solutions pour trouver du rendement serait notamment d'investir dans des obligations d'entreprises notées « BBB » (ou équivalents) par les agences de notation. Une telle notation correspond à un niveau à mi-chemin entre les dettes d'entreprises peu risquées (obligations « investment grade ») et celles plus risquées (« high yield »).

Un certain nombre d'entreprises dont la dette est notée « BBB » auraient un « bilan équilibré », et seraient même parfois des leaders dans leur secteur, avec par exemple Saint Gobain, Bouygues, Arkema ou encore SES Global. La société de gestion mentionnait également les titres obligataires émis par Edenred et Bureau Veritas, actuellement détenus dans ses portefeuilles.

BFT Gestion estime par ailleurs que les primes de risque sur les obligations « BBB » pourraient encore se réduire au cours de l'année 2015, engendrant ainsi une éventuelle hausse à venir de la valeur des obligations de cette catégorie. La société de gestion soulignait néanmoins l'importance de réaliser « un choix rigoureux des émetteurs avant de prendre des décisions d'investissement » : en somme, rester sélectif. Toutes les entreprises de la catégorie « BBB » n'ont pas les mêmes perspectives financières.

Attention au risque de bulle sur les obligations souveraines

Gilles Guez  relève par ailleurs qu'avec la stimulation monétaire de la BCE, « il y a un risque de décalage des prix par rapport aux fondamentaux ». À titre d'exemple, « rien ne dit que le Bund allemand doit traiter à des taux aussi faibles que ceux actuellement constatés », soulignait-il. L'excès de valorisation des obligations les moins risquées, qui se sont beaucoup appréciées avec la baisse des taux, serait « un piège que les investisseurs doivent éviter ».

Pour approfondir ses propos, la société de gestion revenait sur les raisons ayant conduit à un tel affaiblissement des taux sur les emprunts les plus « sûrs », mentionnant deux explications principales. D'une part, les mesures de régulation du secteur financier obligent les établissements à détenir des titres de dettes « quasi sans risques », ce qui correspond, de fait, à des titres souverains émis par les Etats européens les plus fiables. La demande vis-à-vis de ces titres serait donc gonflée de manière un peu artificielle, pour de simples questions de conformité de gestion. D'autre part, l'annonce du rachat massif d'obligations souveraines européennes par la BCE participe dans le même sens à soutenir artificiellement la demande pour ce type de titres. Avec, au bout du compte, un risque non négligeable de formation d'une "bulle" sur le marché des obligations souveraines.

X.Bargue

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • stricot le jeudi 12 fév 2015 à 09:33

    (Une autre solution est de placer en Roubles, en ce moment les taux 3-6-12 mois en Russie et en roubles sont entre 12 et 18% ! Faut juste croire en la reprise du Rouble...)

  • stricot le jeudi 12 fév 2015 à 09:31

    Pour enormement de gestionnaires de fonds, les high yield ont ete le refuge depuis quelques annees, permettant des rendements superieurs a 5-6% / an avec finalement des reisques limites... A mon tout petit niveau j'ai utilise et j'utilise toujours LU0141799501. Je ne peux pas garantir que les rendements dans les 2 annees a venir seront aussi bons que sur les 5 dernieres annees !