Comment négocier un prêt immobilier ?

le , mis à jour le
0

Pour négocier (et renégocier) un prêt immobilier, il vaut mieux être à son avantage, ce qui signifie qu'il faut s'y préparer à l'avance. Voici donc 3 grands axes à travailler pour obtenir le meilleur prêt possible.

Négociation d'un prêt immobilier
Négociation d'un prêt immobilier

Constituez-vous un solide apport

La première chose à faire (et peut-être la plus difficile) est de se constituer un apport suffisant. Sans lui, aucune banque ne vous suivra.
Pour rappel, l'apport est la part que vous apportez au prêt auquel vous prétendez. Pour pouvoir commencer à négocier votre prêt, réunissez au moins 8 à 10 % du prêt (les exigences des banquiers varient). Mais pour un argument réellement confortable, visez plus haut. Encore une fois, plus votre apport sera conséquent, moins la banque prendra de risques et sera encline à faire des concessions sur d'autres points du prêt.
Pour cela, vous pouvez chercher de la « love money », c'est-à-dire demander à des amis ou à votre famille s'ils acceptent de participer à votre apport. Dans ce genre de situations, nombre de personnes se tournent vers leurs parents.

Faites jouer la concurrence

Le second point est de faire jouer la concurrence. Aucune banque ne se ressemble, et pour chacune d'entre elles, vous pouvez demander ce qu'elle a à vous proposer. Renseignez-vous sur les offres qu'elles sont susceptibles de vous proposer : prêt à taux zéro (PTZ), prêt à l'accession sociale (PAS), etc.
Durant les négociations, n'ayez pas peur de mettre sur la table que d'autres banques vous ont déjà proposé un contrat plus intéressant. Vous pouvez de la sorte jouer sur nombre de critères, et en particulier sur le taux de crédit. Mais notez que votre dossier doit déjà être suffisamment solide pour que cela convainque votre banquier.

Montrez que vous êtes un emprunteur sérieux

Au-delà de votre apport, vous aurez enfin à montrer que vous êtes une personne sérieuse et responsable. « Avez-vous déjà été à découvert ? » est une des questions que votre banquier peut vous poser.
Votre interlocuteur s'intéressera tout particulièrement à votre « reste à vivre », c'est-à-dire la somme qu'il vous reste une fois que le loyer est payé. Il s'en servira pour déterminer votre taux d'endettement.
Enfin, un bon conseil : si votre dossier est fragile, les experts signalent que la meilleure chose à faire est de jouer la transparence. Ne cherchez pas à dissimuler une situation difficile, mais au contraire, justifiez-la immédiatement et montrez que vous n'avez rien à cacher. Par exemple, vous avez déjà été à découvert ? C'est parce que vous avez dû être hospitalisé.

Trucs et astuces

Au-delà de votre apport, vous aurez enfin à montrer que vous êtes une personne sérieuse et responsable. « Avez-vous déjà été à découvert ? » est une des questions que votre banquier peut vous poser.
Votre interlocuteur s'intéressera tout particulièrement à votre « reste à vivre », c'est-à-dire la somme qu'il vous reste une fois que le loyer est payé. Il s'en servira pour déterminer votre taux d'endettement.
Enfin, un bon conseil : si votre dossier est fragile, les experts signalent que la meilleure chose à faire est de jouer la transparence. Ne cherchez pas à dissimuler une situation difficile, mais au contraire, justifiez-la immédiatement et montrez que vous n'avez rien à cacher. Par exemple, vous avez déjà été à découvert ? C'est parce que vous avez dû être hospitalisé.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant