Comment ne pas se faire avoir quand on achète ses cadeaux de Noël sur Internet

le
0

CONSO PRATIQUE - Alors que les Français n'ont jamais acheté autant en ligne pour Noël, voici quelques règles à respecter pour éviter les arnaques et s'assurer que tous les cadeaux seront bien au pied du sapin le jour J.

Les Français évitent les magasins depuis les attentats du 13 novembre à Paris. Les sites de e-commerce sont donc en première ligne pour profiter d'un report des achats de cadeaux de Noël sur Internet. Les volumes de transactions en ligne en France ont bondi de 72 % les 5 et 6 décembre, par rapport à la moyenne des week-ends de l'année, selon les données de Webloyalty. D'après le Parisien ,CDiscount a d'ores et déjà enregistré une hausse de 15% de ses ventes de Noël. Même tendance chez PriceMinister (+15%) et BrandAlley (+20%)...

Les consommateurs n'ont jamais autant acheté sur Internet leurs cadeaux de Noël, et notamment sur des sites étrangers (pour 36% des cyberacheteurs, selon une enquête de la Fevad). C'est pourquoi le site Blacklistic.com, un médiateur entre les clients mécontents et les services clients des sites marchands, dresse une liste de règles à respecter pour éviter les arnaques et s'assurer que tous les cadeaux seront bien au pied du sapin le jour J.

• Vérifier que le produit est en stock: De plus en plus de sites marchands pratiquent le «drop shipping», c'est à dire la vente sans stock. Ce qui peut entraîner des retards de livraison importants. «Il ne faut pas hésiter à contacter le vendeur pour vérifier qu'il possède bien le produit en stock comme affiché sur son site», conseille Blacklistic.com.

• Éviter les sites marchands localisés à l'étranger: «Il ne s'agit pas d'incriminer les marchands situés à l'étranger, cependant les critères tels que la distance, les législations, les normes ou encore les formalités douanières, peuvent être sources de retards et de litiges», précise le site de médiation. Si votre commande est tardive et donc pressée, mieux vaut choisir un marchand situé sur le sol français. Pour savoir si c'est le cas, vérifiez l'adresse du siège social, le numéro de siret, l'indicatif téléphonique, le pays de recours en cas de litige précisé dans les conditions générales de vente (CGV).

• Vérifier les frais d'importation: Attention aux prix trop attractifs si vous achetez sur un site situé en dehors de la communauté européenne! «Il faut en effet penser à ajouter au prix de l'article les droits de douane ainsi que les frais d'importation à payer lors de la livraison», rappelle Blacklistic.com.

• Faire attention à la sécurité du paiement: La présence du symbole du cadenas en bas de la page et l'URL de la page commençant bien par «https» vous indiquent que les informations bancaires sont bien transmises de façon cryptée. D'autre part, le code confidentiel à 4 chiffres ne doit jamais être donné.

• Rester vigilant même au moment de la livraison: «À l'arrivée du transporteur, le produit commandé doit être remis en main propre», souligne le site. Pendant que le livreur est sur place, vérifiez que le colis ne présente aucun problème, par exemple concernant l'état de l'emballage (abîmé ou ouvert). En cas de problème, il faut refuser le colis. Vous pouvez toutefois accepter la livraison en émettant des réserves sur le bon de livraison (par exemple: «sous réserve d'un bon fonctionnement»).

• Se renseigner sur les conditions de retour et de remboursement... avant l'achat: Il ne faut pas hésiter à les faire confirmer via mail par le vendeur. «Un retour de marchandise vers un pays étranger peut générer des frais de transports supplémentaires à la charge de l'acheteur», prévient le site de médiation.

• Tester soi-même la fiabilité d'un vendeur: «Les labels de confiance affichés sur le site du commerçant ne sont pas toujours suffisants.» Pour savoir si un site marchand est sérieux, vous pouvez vérifier sa réputation sur la Toile via les moteurs de recherche, contrôler les avis des internautes, observer l'ancienneté du site ou sa situation financière sur des sites comme infogreffe.fr ou societe.com.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant