Comment naît l'ivresse du pouvoir

le
0
Nous ne sommes pas tous égaux face à l'envie de diriger les autres.

Dans le dernier film du réalisateur italien Nanni Moretti, Habemus Papam, le personnage principal interprété par Michel Piccoli «décroche»: au lieu d'accepter la haute responsabilité et l'honneur que le Seigneur vient de lui envoyer - être le nouveau pape que des millions de fidèles attendent -, il se défile, refuse cette charge hautement prestigieuse, expliquant lors d'un dialogue échauffé avec les prélats qui l'ont élu: «Je ne veux pas guider les autres. Je suis de ceux qui veulent être guidés.»

Ainsi donc, nous ne serions pas tous égaux face à l'envie de pouvoir? Et lorsque nous nous retrouvons leaders, serions-nous animés par des motivations différentes?

C'est la première constatation que fait David Bernard, psychologue du travail et cofondateur du cabinet Assessfirst, spécialisé dans les outils d'évaluation et critères de recrutement professionnel.

«Après avoir interviewé 2500 personnes occupant une fonction managériale au sein des entreprises fra

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant