Comment mesurer le phénomène Paul Pogba ?

le
0
Comment mesurer le phénomène Paul Pogba ?
Comment mesurer le phénomène Paul Pogba ?

Le milieu de terrain de la Juve est en train de faire très mal. Oui mais mal comment ? Et si on comparait ses temps de passages avec d'autres internationaux français pour voir ?

  • La dernière fois qu'un Français était le meilleur joueur de la meilleure équipe d'Italie, c'était il y a 13 ans. Déjà très bon depuis deux saisons avec la Juve, Pogba s'est installé en key player avec l'arrivée d'Allegri sur le banc. Avec Conte et ses envies de défense à 3 à la baguette, ils étaient grosso modo 4 pour 3 postes avec Pirlo, Marchisio et Vidal. Désormais, dans un 4-4-2, ils ont tous une place. Et le numéro 6 a beau avoir un rôle de piston gauche, c'est par lui que tout passe. La dernière fois que le Calcio a connu ça, c'était avec David Trézéguet en 2002. Il avait beau être à la finition, l'ancien de Monaco était tout aussi indispensable. L'attaquant français avait même été élu meilleur joueur du championnat (il en était déjà le meilleur buteur avec 24 buts) alors que la Vieille Dame chipe le titre à la dernière journée à l'Inter Milan. Trézégol a également fini champion en 2006 avec 23 buts mais son influence était moindre dans une équipe composée également de Buffon, Thuram, Cannavaro, Vieira, Zlatan, Del Piero et Nedved.

  • La dernière fois qu'un joueur français était la tête d'affiche du marché des transferts à au moins 75 millions d'euros, c'était il y a 12 ans. A moins que Lionel Messi décide de ne pas faire le fou que sur son compte Instragram, les plus gros chèques d'Europe, à savoir ceux du Real Madrid, des deux clubs de Manchester et du PSG se tourneront vers un homme cet été : Pogboum. Si son agent prépare le terrain en plaçant le plus possible le montant de 100 millions d'euros dans la presse, la concurrence pourrait sans mal aider la Juve à récolter près de 80 millions. La dernière fois qu'un tel montant était évoqué pour un Français, c'était en 2003. Après avoir fait signer Zidane, Figo et Ronaldo, Florentino Perez se dit qu'il vaut peut-être mieux signer un joueur défensif pour l'équilibre de son équipe. Et même s'il dégage Vicente Del Bosque, pas assez glamour, il retient son idée de faire venir l'âme d'Arsenal, Patrick Vieira. Deux ans auparavant, les Merengues avaient formulé une offre de 550 millions de francs pour celui que Zidane appelait "le grand sifflet". Mais Wenger refuse à nouveau. Pire, mis au courant du salaire proposé à son camarade en équipe de France, Makélélé se vexe et veut quitter le club. Ça sera le début de la fin des Galactiques. A noter qu'en...



  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant