Comment Manuel Valls s'est fait doubler par Emmanuel Macron

le , mis à jour à 09:56
5
Comment Manuel Valls s'est fait doubler par Emmanuel Macron
Comment Manuel Valls s'est fait doubler par Emmanuel Macron

Pas de petite phrase assassine. Aucune formule qui pique pour égratigner Emmanuel Macron, alors que les sorties du ministre de l’Economie l’horripilent. A peine une pointe d’agacement sur le visage de Manuel Valls lundi après-midi lors d’un déplacement chargé de symboles pour officialiser le transfert à la Normandie de cinq lignes nationales de train.

Sous une bruine capricieuse, dans le cadre exceptionnel du Mont-Saint- Michel, le Premier ministre prend la pose devant une forêt de caméras et de photographes : «J’imagine que vous voulez la photo ! Moi oui, pour mes souvenirs…» Puis d’inviter ceux qui l’entourent à s’écarter un instant. «Je vais rester seul une seconde, pour la photo.» Une image chère à ceux qui aspirent à la fonction suprême, tant l’îlot rocheux est emblématique. Le site, où trois millions de visiteurs se pressent chaque année, est un passage obligé pour se tailler un costume de présidentiable, sorte de pèlerinage sur les traces d’une France éternelle.

«C’est un genre de chemin de croix»

Comme une réponse en filigrane à l’échappée solitaire du pétulant Macron aussi. Là où le benjamin du gouvernement prend un malin plaisir à jouer les solistes, le locataire de Matignon s’affiche en choriste dans les ruelles de la Merveille, aux côtés du centriste Hervé Morin, président de la région Normandie. Une façon de se démarquer, alors que la rivalité entre ces deux hommes qui rêvent chacun d’incarner un «socialisme moderne» est de plus en plus visible. C’est d’ailleurs Valls, qui, pourfendeur depuis longtemps du clivage gauche-droite, a récemment rappelé sa volonté d’«ériger des ponts avec la droite». Un créneau que lui dispute aujourd’hui âprement le ministre de l’Economie, fort de sa popularité toute neuve. Au pas de course, dans les ruelles tortueuses du Mont, le Premier ministre fait un saut chez la célèbre Mère Poulard. Il ne savourera pas le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 9 mois

    Ils vont faire pschitt tous les deux, et on sera débarrassé.

  • M7097610 il y a 9 mois

    et quand on déclare être "éternellement lié à Israël par sa femme", il faut assumer jusqu'au bout..et se présenter au suffrage des Israéliens.

  • M7097610 il y a 9 mois

    Valls a cru devenir président par acclamation du CRIF et en jouant le petit caudillo contre Dieudo... ça ne fonctionne pas comme cela ...peut être à Barcelone mais pas en France.

  • M999141 il y a 9 mois

    Tous ces politiques en postes ne pensent qu'à leur avenir personnel, là est tout le problème !

  • coco123 il y a 9 mois

    et la copine de valls dans les affaires financement de sa société