Comment Manhattan tente d'attirer les «riches hipsters»

le
0

La construction d’un grand complexe baptisé 15 Renwick destiné aux «riches hipsters» fait des remous à New York. Sa localisation : Hudson Square, quartier dont l’activité n’a cessé de s’accroître depuis 2009.

Faire d’Hudson Square - quartier de Manhattan qui constitue un triangle entre TriBeCa, SoHo et West Village - un quartier résidentiel pour «riches hipsters*.» Ce sont les mots employés par Dan Oelsner, vice-président de l’entreprise IGI-USA, chargée de mener la construction du projet 15 Renwick, qui fait actuellement beaucoup parler à New York (et sur les réseaux sociaux). À l’origine de ce projet, l’architecte Ismael Leyva et Harry Jeremias, professionnel de l’immobilier très en vue à New York.

L’identité de ce complexe au décor néovictorien ou victorien-industriel: le mouvement littéraire steampunk - qui peut être traduit par rétrofuturisme en français - dont l’action se déroule essentiellement dans des décors industriels du XIXe siècle. Par exemple, l’attraction Space Mountain du parc Disneyland Paris recréé une atmosphère qui peut s’apparenter à plusieurs niveaux au style steampunk.

Voici la description que l’on peut lire sur le site: «les personnages du 15 Renwick rendent hommage à l’ère victorienne, époque à laquelle l’homme qui a donné son nom à cette rue, James Renwick, a vécu avec son fils entre 1790 et 1895. Renwick était un pionnier: écrivain, ingénieur et professeur à Columbia. Son fils était lui l’un des architectes les plus appréciés de sa génération. Les personnages incarnent aussi la créativité des résidents actuels de Hudson Square et le caractère particulier du quartier.» Les futurs résidents ne seront donc pas de simples résidents, mais bien des «personnages», ce qui montre bien que ce lieu reflète autant une utopie qu’un fantasme. «Cet endroit a justement été conçu pour ne ressembler en rien à une vie normale», écrit Business Insider.

Hudson Square, l’un des derniers quartiers résistant à la gentrification

Les prestations de cette copropriété unique sont assez classiques et incluent parking, rooftops, buanderies... mais comportent aussi quelques touches appartenant au steampunk: un jardin zen et une salle de boxe design, par exemple. Habiter dans ce complexe a un prix: de 2 à 7,5 millions de dollars.

Pourtant, ce quartier d’Hudson Square n’est pas le plus pratique de Manhattan pour vivre: c’était même l’un des derniers à avoir échappé à la gentrification. Ce n’est qu’après les années 2000 que des personnes ont fait le choix de s’y installer, explique au New York Post Ellen Baer, chargée du développement économique de ce quartier. «Cela ne fait que 5 ans que nous avons eu notre première pharmacie!», insiste-t-elle. Aujourd’hui, start-up et autres entreprises innovantes s’y sont multipliées: depuis 2009, c’est environ 40.000 publicitaires, communicants, designers ou journalistes qui y ont posé leurs valises.

Reste à savoir si ce projet tapera dans l’œil de sa cible. «La mise en vente n’a commencé qu’il y a un mois et les retours sont déjà impressionnants», affirme de son côté Dan Oelsner.

* Un hipster peut être assimilé à une personne habitant les quartiers à la mode des grandes villes, et qui y fréquente les lieux branchés.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant