Comment lutter contre les arnaques des petites annonces

le
0

Les sites de petites annonces traquent les escroqueries et font appel à la vigilance des internautes.

Trouver un appartement sur Le Bon Coin, vendre sa voiture sur Paru Vendu, éplucher les sites internet de particuliers à la recherche d'une machine à laver... Les Français sont friands des petites annonces pour dénicher les bonnes affaires. Mais attention aux arnaques qui sévissent dans ces échanges de particuliers à particuliers, traditionnellement nombreuses en début d'année. «À partir de la mi-janvier, on constate un pic de tentatives d'arnaques, confirme Laurent Radix, président de Paru Vendu. Mais les arnaques ont lieu partout, sur le web comme dans la vie.»

Les sites de diffusion de petites annonces redoublent d'efforts pour prévenir en amont les escroqueries. Le site Leboncoin.fr, sur lequel 600.000 à 800.000 nouvelles annonces sont déposées chaque jour, possède une équipe dédiée à la modération des annonces. «A l'aide de filtres et d'algorithmes, elle s'assure que le contenu corresponde à nos règles éditoriales avant leur parution», précise le site. Même procédé chez Paru Vendu où cinq personnes s'occupent de traquer les escroqueries, en plus d'une modération automatique au moyen d'algorithmes.

Décourager les escrocs

Le site multiplie également les procédures et les demandes de renseignements sur les acheteurs comme les vendeurs pour «décourager les escrocs», explique Laurent Radix. Chaque vendeur ou acheteur doit ainsi par exemple remplir une fiche complète de renseignements et indiquer un numéro de téléphone via lequel il activera son compte. Leboncoin.fr comme Paru Vendu font aussi appel aux internautes eux-mêmes pour leur signaler des contenus suspects, qui sont ensuite minutieusement vérifiés par les équipes des sites.

Parmi les anarques les plus répandues, celles à «l'émotivité» et «à la rareté du bien». Dans le premier cas, il s'agit souvent de ventes d'animaux, notamment de race. «Le vendeur vous dit que l'animal est retenu à la douane et qu'il faut verser un acompte de plusieurs centaines d'euros pour débloquer la situation», raconte Laurent Radix. Le second type d'arnaques s'applique aux locations saisonnières, particulièrement dans des zones prisées. «Le loueur vous demande un acompte conséquent pour garantir la location, arguant que de nombreuses demandes lui sont parvenues.»

Pour éviter les déconvenues, le président de Paru Vendu exhorte ses clients à «ne pas faire sur Internet ce qu'ils ne feraient pas dans la vraie vie». «Il faut avoir du bon sens: la bonne affaire existe, pas la très bonne affaire.» Pour Le Bon Coin aussi, le bon sens est la meilleure des protections. A chaque transaction, le site envoie un message à l'utilisateur, l'invitant à «faire preuve de vigilance».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant