Comment les sarkozystes préparent 2012

le
0
Le chef de l'État n'évoque pas l'échéance présidentielle, mais ses amis commencent à occuper le terrain.

On connaît l'adage: n'en parler jamais, y penser toujours. Son ami Brice Hortefeux, dont le nom est souvent évoqué pour diriger la campagne du chef de l'État, jure qu'à aucun moment, au téléphone, Nicolas Sarkozy ne lui a parlé de 2012 cet été. Lors d'un dîner commun avec Jean-François Copé, le 24 août, l'échéance présidentielle a finalement été évoquée, entre la poire et le fromage. De même, lors de son voyage en Nouvelle-Calédonie, Nicolas Sarkozy s'est peu confié sur ce sujet. Il a tout juste fait allusion aux «modes médiatiques», qui ont déjà «lessivé» Nicolas Hulot. «Il faut être solide», a-t-il conclu, laconique. Le président raconte volontiers «sa guerre» contre Kadhafi, parle beaucoup de la crise boursière dont l'ombre portée s'étend sur l'Europe entière. «On n'est pas passé loin du précipice», a-t-il dit.

«Quand on fait la guerre, on ne s'occupe pas de la prochaine élection», résume l'un de ses conseillers, pour définir l'ét

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant