Comment les médecins légistes datent la mort

le
0
FOCUS - Température du corps, rigidité cadavérique, état de putréfaction, étude des insectes: les médecins légistes disposent de nombreux outils d'analyse.
Dans les heures qui suivent la mort

Le corps humain ne reste pas longtemps à 37°C. Avec le temps, il se rapproche progressivement de la température ambiante. Dans les milieux tempérés comme le nôtre, sauf exception, il se refroidit. Les médecins légistes parviennent à utiliser cette propriété pour déterminer une heure approximative de décès en tenant compte du poids de la victime.

Une grille de calcul, appelée nomogramme de Henssge, permet aux légistes de lier la température corporelle à ces deux paramètres pour déterminer le temps écoulé depuis la mort. Des facteurs correctifs sont appliqués pour tenir compte des circonstances dans lesquels le corps a été retrouvé (immergé, enterré, nu ou habillé, etc) puisque celles-ci ont souvent une grande influence sur les échanges thermiques.

Dans les trois heures qui suivent le décès puis entre 24 et 48 heures après la mort (quand la température interne du corps est proche de la température ambiante), la températ

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant