Comment les médecins hospitaliers abordent la fin de vie

le
0
De l'avis des médecins, les demandes d'euthanasie émanant des malades restent rares.

Loin de la polémique sur les agissements du Dr Bonnemaison - mis en examen pour «empoisonnement» - des praticiens hospitaliers confrontés tous les jours à la fin de vie décrivent des situations douloureuses ou apaisées, toujours variées. Une manière de prendre des distances avec le débat sur l'euthanasie relancé par l'actualité qu'ils jugent trop tranché et superficiel.

«Difficile pour un malade de se dire qu'il est arrivé "en fin de vie" et de prendre une décision. Au quotidien, les choses ne se passent pas comme ça», rappelle le Dr Gilbert Desfosses, chef de l'unité de soins palliatifs de l'hôpital des Diaconesses, à Paris. «Tous les patients ne prennent pas conscience de l'évolution de la maladie. Un certain nombre d'entre eux ont des moments de confusion. La tonalité de leurs humeurs dépend aussi en grande partie de la qualité des soins et de leur entourage», décrit ce médecin qui tient à rappeler que son métier est de soigner.

Pourtant,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant