Comment les marques infiltrent la vidéo en ligne

le
0
Comment les marques infiltrent la vidéo en ligne
Comment les marques infiltrent la vidéo en ligne

Vous regardez en ligne un sketch comique? Un tutoriel de maquillage? Une websérie? Obama qui se prend en photo? Sans le savoir, vous regardez probablement aussi de la publicité.Parallèlement aux spots télés, les marques utilisent de plus en plus les vidéos en ligne pour promouvoir leur nom, leurs valeurs ou, plus subtilement, leur univers, en dépensant dix fois moins qu'un spot traditionnel. Elles sont discrètement dissimulées derrière les plus populaires clips de YouTube, le mastodonte de la vidéo en ligne. "En publicité, la télé, c'est le tapis de bombe. Internet, c'est le sniper", a résumé mardi au MIPTV à Cannes le patron de Publicis, Maurice Lévy. Les vidéos en ligne peuvent en effet cibler les internautes par genre, âge et intérêts, et bien plus encore grâce aux milliards de données qu'ils livrent en surfant sur le net. Autre avantage sur la télé, les contenus en ligne sont interactifs : les internautes réagissent, partagent avec leurs amis. Ils sont "engagés", un rêve de publicitaire.Le mot-clé est le "brand content", l'intégration des marques dans le contenu, pour s'adresser à des internautes réfractaires aux bannières et aux spots. Le dernier cri consiste pour une marque à financer des contenus sans apparaître aucunement, puis à révéler sa présence, pour faire à nouveau sensation.Ainsi la chaîne américaine de restaurants tex-mex Chipotle a produit une websérie de quatre épisodes d'une demi-heure, "Farmed and Dangerous", un thriller sur des bandits de l'agroindustrie. Il ne mentionne pas la marque mais sert son argumentaire en attaquant la malbouffe.Un récent clip vu 77 millions de fois sur internet, "First Kiss", où des étrangers s'embrassent pour la première fois, s'est révélé une publicité pour une marque de vêtements qui n'est jamais citée. "L'objectif reste de faire passer un message, de modifier les comportements des gens, pour qu'ils aiment la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant