Comment les cheminots inspectent les aiguillages

le
0
Depuis le drame de Brétigny-sur-Orge, 5000 pièces d'aiguillage sont examinées par les équipes de la SNCF.

Gare de Strasbourg, lundi après-midi. Trois jours après le drame de Brétigny-sur-Orge, des cheminots s'affairent autour des «appareils de voies». Plus précisément autour de l'aiguillage 817 A.

Sur une centaine d'aiguillages répertoriés dans cette gare, une soixantaine sont concernés par cette inspection exceptionnelle. Comme partout en France - 5000 pièces d'aiguillage sont examinées -, on vérifie ici consciencieusement le dispositif. Depuis samedi, une trentaine d'agents de la SNCF s'attellent aux 174 aiguillages concernés en Alsace. «Nos collègues se sont manifestés spontanément dès samedi pour y participer», relève le directeur de la production, Patrick Bouton. L'opération devrait être terminée jeudi soir. «Aucune anomalie n'a été relevée depuis les vérifications entreprises samedi», assure Martin Lamons, responsable des unités de voies.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant