Comment les bandes se reforment en prison

le
0
L?agression de cinq surveillants du centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier, la semaine dernière, témoignent d'une population carcérale en pleine mutation.

Il défraye la chronique depuis son ouverture au début des années 1990. Le centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier (Isère) a été une nouvelle fois sous les feux de la rampe la semaine dernière, avec cinq surveillants agressés par deux détenus. L'un a été mordu profondément au bras, l'autre sauvagement assailli et menacé de strangulation, tandis que les trois autres surveillants ont été blessés en essayant de maîtriser le détenu pour le conduire au quartier disciplinaire.

Cette prison moderne, où se côtoient maison d'arrêt et centre de détention, fait partie des établissements à haut risque de la carte pénitentiaire. «En 2012, souligne Alain Chevallier, secrétaire local de l'Ufap-Unsa-justice, le principal syndicat des personnels pénitentiaires, Saint-Quentin-Fallavier a enregistré 83 ag...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant