Comment les «anti-Copé» préparent la rentrée

le
0
Ceux qui, à droite, ne partagent pas la vision et les méthodes du puissant secrétaire général du parti majoritaire ont décidé de monter au front.

Ne pas laisser les sunlights à Jean-François Copé. Une semaine après les universités d'été de l'UMP (qui se tiendront à Marseille du 2 au 4 septembre), ceux qui, à droite, ne partagent pas la vision et les méthodes du puissant secrétaire général du parti majoritaire ont décidé de monter au front. Le week-end du 11 septembre sera chargé : alliés dans leur guérilla anti-Copé, le maire de Nice, Christian Estrosi, et le ministre du Travail, Xavier Bertrand, partageront l'affiche à Nice, lors d'un grand meeting destiné à contrer Marine Le Pen, qui tiendra ses universités d'été dans la même ville, le même jour.

De son côté, le premier ministre, François Fillon, a prévu -sous réserve d'un changement d'agenda- de se rendre le 11 septembre à Nîmes, pour la fête départementale de l'UMP. «Ce sera le week-end anti-Copé», sourit un proche des trois hommes.

«Dérive droitière et libérale»

C'est Estrosi, président de la puissante fédération des Al

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant