Comment le tueur norvégien a financé son opération

le
0
Anders Breivik raconte dans son manifeste comment il a pu obtenir jusqu'à dix cartes de crédit. Il aurait décidé d'avancer la date de ses attaques, par crainte d'être à court d'argent.

Tout est consigné noir sur blanc dans le manifeste du tueur norvégien. Au fil des 1500 pages que compte le document, Anders Breivik raconte dans le détail comment il a, depuis plusieurs années, récolté des fonds pour financer ses attaques. Après avoir cofondé, en 2002, à Londres, un nouvel «ordre des Templiers», il multiplie d'abord les emplois pour amasser un maximum d'argent : d'après son CV, il sera successivement manager dans une agence de publicité, conseiller pour la banque espagnole Bankia puis directeur des opérations dans une PME de 7 employés, E-Commerce Group. Il y travaille énormément, «plus de 12 heures par jour» assure-t-il.

Au fur et à mesure que son plan se précise, Anders Breivik comprend qu'il a besoin d'un afflux massif d'argent : il prévoit de dépenser 280.000 euros. Il commence par spéculer en bourse sur les cours du pétrole, mais il «commet plusieurs erreurs» et perd beaucoup d'argent, plus de 250.000 euros entre 2005 et 2008. Après avoi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant