Comment le gouvernement veut limiter les prières de rue

le
0
Les négociations pour transformer une caserne en mosquée sont presque abouties à Paris.

Il n'y aura plus de prières de rue à Paris d'ici à la fin septembre, assure le ministère de l'Intérieur. Le préfet finalise cette semaine les discussions avec les associations musulmanes pour que les fidèles qui priaient dehors soient orientés vers une caserne du XVIIIe arrondissement. Le vaste bâtiment militaire, situé boulevard Ney, était désaffecté depuis quatre ans. Il est actuellement en cours d'aménagement pour accueillir quelque 2.500 personnes le vendredi pour la grande prière. «C'est une solution temporaire, en attendant l'édification de nouveaux lieux de culte à Paris», explique-t-on au ministère.

Des projets sont dans les cartons dans plusieurs arrondissements de Paris. En attendant, l'État invoque des raisons d'ordre public pour intervenir et louer ces locaux aux deux associations musulmanes de la rue Myrha et de la rue Polonceau. Leurs responsables sont encore réticents, car ils craignent de «perdre» leurs fidèles et jugent le loyer cher. Ils nég

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant