Comment le gouvernement veut encourager le dialogue social en entreprise

le
2
Muriel Pénicaud doit finir la concertation avec les partenaires sociaux sur la réforme du Code du travail le 21 juillet. 
Muriel Pénicaud doit finir la concertation avec les partenaires sociaux sur la réforme du Code du travail le 21 juillet. 

Alors que le projet de loi d'habilitation sur la réforme du Code du travail est en discussion à l'Assemblée, une séquence sans doute bien plus importante se joue dans les couloirs feutrés du ministère du Travail. Muriel Pénicaud et ses équipes viennent de terminer le second cycle de la concertation avec les partenaires sociaux. Le thème ? La rénovation du dialogue social dans les entreprises, préalable indispensable pour que l'élargissement de la négociation entreprise par entreprise voulue par Emmanuel Macron au plus près des conditions économiques se traduise effectivement sur le terrain et ne reste pas purement théorique.

Le gouvernement s'est donc attaché à permettre à toutes les entreprises, y compris les plus petites, de conclure des accords. Pas simple quand on sait que les délégués syndicaux, qui ont le monopole de la négociation ne sont présents que dans 50 % des entreprises de 100 à 150 salariés, dans 27 % des entreprises de 50 à 100 et ? 4 % des entreprises de 11 à 50 salariés et seulement. Pas question pour autant de remettre leur monopole en question.

Étendre le recours à la consultation directe des salariés

À l'issue de 16 réunions (2 par organisations patronales et syndicales) « de 1 à 2 heures » conduites du 24 juin au 4 juillet, la ministre du Travail envisage plusieurs solutions.

Pour les entreprises de 1 à 10 salariés, les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 il y a 5 mois

    serval02 arrêtes de faire rire !

  • serval02 il y a 5 mois

    Il y a un syndicat avec lequel personne ne peut dialoguer...Car il est archaïque....La seule chose qu'il comprend c'est casser l'outil de travail et menacer avec des explosions de bouteilles de gaz....Je croyais que la France ne négociait pas avec les terroristes ?