Comment le Brexit peut impacter l'économie

le
3
Le 24 juin, on saura si les Britanniques restent dans l'Union européenne ou s'ils décient d'en sortir.
Le 24 juin, on saura si les Britanniques restent dans l'Union européenne ou s'ils décient d'en sortir.

Sortira ? Sortira pas ? Alors que le référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni dans l'Union européenne se profile, l'incertitude plane sur les conséquences économiques d'un éventuel vote en faveur d'un Brexit.

La plupart des études économiques disponibles anticipent des effets négatifs, d'abord pour le Royaume-Uni, mais aussi pour l'Union européenne. À court terme, l'incertitude sur le futur d'un Royaume-Uni en dehors de l'UE constitue le principal risque pour l'économie du pays. Et pour cause : jamais un État membre n'est jusqu'à présent sorti de l'Union. Il faut dire que cette possibilité n'existe que depuis fin 2009 avec l'application du traité de Lisbonne (article 50). En cas de vote « yes » au référendum, les Britanniques auront deux ans pour renégocier des accords avec les Européens, une période durant laquelle les entreprises pourraient hésiter à investir et à embaucher, en attendant de savoir quels seront les rapports entre le Royaume-Uni et son premier marché à l'export. Dans ce contexte, la livre britannique pourrait se déprécier plus ou moins fortement.

À plus long terme, c'est via le commerce que l'économie britannique pourrait être la plus touchée. La sortie du marché unique européen devrait peser sur l'investissement et donc sur la production du pays. La chute prévisible de la livre pourrait compenser en partie la baisse des exportations, mais elle devrait aussi...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • indyta il y a 6 mois

    mais comme dit l autre, quand on a menti une fois...1995...et le celebre triptyque connu de tous, qui nous resonne encore dans les oreilles et nous agace..enfin, pas tous, puisqu il y a des gens heureux.

  • indyta il y a 6 mois

    bah oui on aimerait justement un debat contradictoire tenant compte de ces particularités geo-economiques!si on consider aussi le fait que la GB et la Suede ont conservé leurs propres devises, alors que , dans le meme temps, ce serait une catastrophe sans borne pour la France, si elle osait y revenir...

  • Cedrik88 il y a 6 mois

    Il faut donc demander à la Suisse, à la Norvège, à l'Islande pour savoir comment ils font, et donc comment ils arrivent à "survivre"...Comme par hasard, ce sont ces 3 pays qui se portent au mieux: taux de chômage, PIB/habitant, souveraineté,etc. Que de propagande médiatique et mensongère contre le non! Il est vrai que comme le faisait remarquer C.Gave à propos de la Grèce en son temps, le vrai danger si elle sortait, c'est que "ça marche" !