Comment la Scientologie a sapé son procès

le
0
À coups d'arguments de procédure et de QPC en rafales, les avocats des prévenus scientologues ont réussi à retarder les débats avant de s'en abstraire. Pourtant, la cour poursuit son travail.

Devenu étrangement calme depuis le départ des prévenus qui avec leurs conseils ont claqué la porte du tribunal jeudi, le procès en appel de la Scientologie à Paris marquera justement les annales judiciaires. Parmi toutes les audiences que l'on a cherché à saborder et à affadir à l'extrême, il s'impose comme un modèle du genre.

De l'attaque juridique en rafale jusqu'à la désertion générale, les avocats de la Scientologie ont épuisé tout ce qui était à leur portée pour laminer ce procès présenté en première instance comme historique. Aux côtés d'une poignée de prévenus, les deux principales structures de la Scientologie française - le Celebrity Centre et sa librairie SEL - étaient en effet pour la première fois mises en cause dans un dossier d'escroquerie en bande organisée. Elles ont d'ailleurs été condamnées en 2009 à des amendes respectives de 400.000 et 200.000 euros. À enjeux exceptionnels, moyens exceptionnels : les avocats de la défense ont

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant