Comment la police espionne les SMS

le
0
De la mémoire du mobile aux fichiers des opérateurs, elle peut à peu près tout obtenir.

En découvrant dans la presse les textos échangés par Dominique Strauss-Kahn avec ses amis lillois, combien d'hommes et de femmes ont frémi à l'idée qu'un jour ils puissent avoir à rendre des comptes sur les SMS qui rythment leur vie intime ? La police dispose depuis peu de nouveaux outils qui lui permettent de savoir à peu près tout de ces échanges numériques. À condition de respecter certaines règles légales. Elle a placé en 2010 plus de 20.000 lignes cellulaires sous écoute judiciaire, la dérivation des SMS constituant une option, généralement souscrite par les services d'enquête.

o La mémoire du mobile

Concernant l'affaire de Lille, les textos de DSK ont été récupérés dans la mémoire du téléphone d'un entrepreneur qui avait bien pensé à effacer ses réponses à l'homme politique (messages envoyés), mais pas les questions posées par celui-ci (messages reçus). Quand bien même il aurait tout écrasé, des logiciels sont fournis par les fab

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant