Comment la Grèce fait passer l'Allemagne pour le pyromane

le
9
Selon plusieurs médias, les rapports entre l'Allemand Schäuble et son homologue grec Varoufakis sont extrêmement tendus. Au point qu'il faudra peut-être en passer par leurs supérieurs, les chefs d'État et de gouvernem
Selon plusieurs médias, les rapports entre l'Allemand Schäuble et son homologue grec Varoufakis sont extrêmement tendus. Au point qu'il faudra peut-être en passer par leurs supérieurs, les chefs d'État et de gouvernem

C'est la troisième réunion des ministres des Finances de la zone euro en moins de dix jours. Vendredi, à Bruxelles, la Grèce et ses partenaires européens devaient une nouvelle fois tenter de s'entendre, lors d'un "Eurogroupe" exceptionnel, pour trouver une solution provisoire à la crise grecque, le temps de renégocier un véritable accord en bonne et due forme avec le nouveau gouvernement de la gauche radicale alliée aux nationalistes de droite, incluant la délicate question de la dette.

Le ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, aurait fait des concessions substantielles jeudi en demandant par écrit une prolongation de six mois du programme de financement européen actuel, ce qu'il s'était toujours refusé à faire. Jusqu'à présent, il demandait un financement-relais aux conditions bien plus souples.

Concessions grecques

La Grèce s'engage désormais à ne prendre aucune mesure unilatérale qui saperait ses objectifs de réduction des déficits. Toute décision sera intégralement financée, promet le gouvernement, même s'il manifeste aussi son intention de négocier ses objectifs budgétaires pour les "adapter à la situation économique". En échange, elle tend à pouvoir "mener les réformes importantes nécessaires pour restaurer le niveau de vie de millions de citoyens grecs". Ce à quoi il est difficile de s'opposer, sauf à passer pour un partisan de l'austérité aveugle. La France et la Commission européenne ont d'ailleurs accueilli...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • b.renie le samedi 21 fév 2015 à 06:04

    Ce n'est pas ce genre de comportement que l'on peut attendre de quelqu'un qui est en vie parce que d'autres essaient tout pour parvenir à un redressement ..... vraisemblablement impossible. Mais accepter ses erreurs est toujours difficile

  • Georg47 le vendredi 20 fév 2015 à 18:12

    Si ça se trouve, l'Allemagne et d'autres pays vertueux, vont dire : "OK nous avons compris. On va vous laissez faire ce que vous pensez être bon mais nous nous nous retirons de la zone euro car nos peuples ne veulent pas payer pour entretenir des pays qui dépensent plus qu'ils ne gagnent"...

  • dchatene le vendredi 20 fév 2015 à 17:24

    Ha! parce que ce ne serait pas l'allemagne le pyromane !!!! on croit réver...

  • ZvR le vendredi 20 fév 2015 à 16:21

    Oups souci avec la connexion

  • ZvR le vendredi 20 fév 2015 à 16:20

    surtout que pour la grèce la solution est de baisser le taux des emprunts à un niveau raisonnable au lieu de les saigner à 9% pour engraisser les banques allemandes......

  • ZvR le vendredi 20 fév 2015 à 16:20

    surtout que pour la grèce la solution est de baisser le taux des emprunts à un niveau raisonnable au lieu de les saigner à 9% pour engraisser les banques allemandes......

  • ZvR le vendredi 20 fév 2015 à 16:20

    surtout que pour la grèce la solution est de baisser le taux des emprunts à un niveau raisonnable au lieu de les saigner à 9% pour engraisser les banques allemandes......

  • M8404021 le vendredi 20 fév 2015 à 16:20

    a Garasixt: Vous préparez le terrain pour le portugal, l'irlande, l'espagne, la france, l'italie.. Parce que si un pays a un traitement de FAVEUR, pourquoi les autres n'y aurait pas droit?...

  • Garasixt le vendredi 20 fév 2015 à 16:12

    L'Allemagne a la mémoire courte, depuis la plan Marshall jusqu'à l'effacement de sa dette de guerre. Chacun son tour de faire un effort Mme Merckel, vous en avez les moyens!