Comment la France piste les djihadistes

le
0
Qu'ils soient détectés en France ou en Afghanistan,la surveillance des djihadistes est un vrai casse-tête.

Depuis les années 1990, la détection et la surveillance de combattants revenus des différents théâtres de djihad (Afghanistan, Caucase, Irak puis de nouveau Afghanistan) sont l'une des préoccupations majeures du renseignement français.

Comment détecte-t-on les djihadistes depuis la France?

La détection d'un islamiste radical parti pour l'Afghanistan ou envisageant de le faire commence souvent dans le secret du bureau d'un magistrat antiterroriste ou d'un policier de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). Les enquêtes en cours sur les «nouvelles filières afghanes» permettent d'identifier les membres des groupes plus ou moins organisés envoyant des «volontaires». Chaque individu et ses proches font l'objet d'une surveillance. Les écoutes téléphoniques, les interceptions Internet, les témoignages recueillis dans l'entourage, l'aide éventuelle d'indicateurs permettent souvent de «découvrir» un ou plusieurs nouveaux djihadistes. Cette détection

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant