Comment la France espère encore obtenir un délai pour réduire son déficit

le
62
François Hollande va devoir convaincre ses partenaires que la France remplit sa part du contrat.
François Hollande va devoir convaincre ses partenaires que la France remplit sa part du contrat.

Après l'avoir nié officiellement pendant des mois, l'exécutif a fini par avouer qu'il allait renégocier le rythme de réduction des déficits de la France à Bruxelles. C'est François Hollande lui-même qui a fait le coming-out de Paris, lundi soir, dans sa déclaration télévisée annonçant l'arrivée de Manuel Valls à Matignon. Après avoir ajouté un volet de "solidarité" à son pacte de responsabilité, François Hollande a expliqué que cette stratégie de relance par la baisse des prélèvements aurait un coût. "Le gouvernement aura à convaincre l'Europe que cette contribution de la France à la compétitivité et à la croissance doit être prise en compte dans le respect de ses engagements. Car renforcer l'économie française, c'est la meilleure façon de réorienter l'Europe", a-t-il fait valoir. Lutte contre le "fétichisme du chiffre" Il ne saurait être question, pour le président, "de fragiliser la croissance qui repart" en compensant la baisse annoncée du coût du travail de 10 milliards, en sus du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), par des baisses de dépenses publiques encore plus massives que les 50 milliards prévus entre 2015 et 2017 pour réduire le déficit public. Après avoir obtenu l'année dernière de ses partenaires européens un délai de deux ans pour réduire le déficit public à 3 % du PIB, de 2013 à 2015, par rapport à l'effondrement de la croissance, Paris espère donc bien pouvoir une...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 445566ZM le samedi 5 avr 2014 à 16:37

    Les socialistes traitent les déficits croissants comme un paramètre de plus, mais c'est un danger mortel pour le système. Il faut prendre des décisions courageuses maintenant ! Dans 6 mois, dos au mur, il sera trop tard. Les taux remonteront, et à 4 ou 5% il faudra rembourser chaque mois 1 milliards de plus. Panique. Prélèvement sur patrimoine de 10% ! Facile.

  • jbellet le samedi 5 avr 2014 à 14:49

    on obtient un délai et embauche tout suite après des milliers de fonctionnaires!!

  • gyere le samedi 5 avr 2014 à 14:35

    Puisque la censure n'en veut pas, je la remet...Petit Sot, ne prenez pas votre cas pour une généralité....Vous fondez comme une glace au soleil devant ce gouvernementeur qui vous enfume de plus belle!!!

  • AMOUR123 le samedi 5 avr 2014 à 12:43

    guere, je.valle, restif1, 100% d'accord et le délai accepté par Bruxelles (vous verrez ils vont lâcher) servira à prolonger la gabegie qui dure et embellit depuis 40 ans. La résilience de ce système politique véreux est d'autant plus considérable que les taux d'intérêt baissent depuis 2 ans pour atteindre à peine 2% pour le 10 ans. Donc déficits et dette vont continuer à augmenter jusqu'à la désintégration finale. Flam.by va continuer jusqu'à sa réélection...

  • je.valle le samedi 5 avr 2014 à 11:54

    Un nouveau délai accepté par Bruxelles entraînerait immédiatement un accroissement des dépenses publiques en France.

  • restif1 le samedi 5 avr 2014 à 11:10

    Pour le chômage aussi, il ne faut pas faire de "fétichisme du chiffre". Vous avez 40° de fièvre: ne faites pas de féchisme du chiffre, cassez le thermomètre

  • knbskin le samedi 5 avr 2014 à 10:41

    .../... le plus vite possible est une nécssité préalable au redressement du pays, à conduire par des gens comme "Nous, citoyens" de Denis Payre, les seuls à avoir une offre politique crédible ... :D

  • knbskin le samedi 5 avr 2014 à 10:39

    Pour le moment, Pépère et ses gouvernements attendent désespérément Saint Kondratieff pour les sortir de l'ornière, avec la "reprise". Pour ne rien en faire, comme Jospin en 1997-2002, on a vu comment il a fini - grâce entre autres à Taubira qui l'a bien aidé, mais c'est un autre problème ! L'ennui, c'est que maintenant on n'a plus le temps avant de se retrouver dans la situation de la Grèce. La ruine de ces gouvernants foireux .../...

  • M3366730 le samedi 5 avr 2014 à 10:38

    A part cela la dette de la FRANCE depuis l'arrivée de porcinet : 219 MILLIARDS D'euros ! http://www.contribuables.org/ ; pour bien faire il faudrait diminuer le train de vie de l'état et des collectivités de 100 MILLIARDS par ans comme l'on préconisés des économistes.D'accord avec une partie de l'analyse de knbskin, seule différence entre Porcinet et sarko c'est que le second a engagé des réformes

  • psdi le samedi 5 avr 2014 à 10:31

    @gyere : "Mais le manuel est aussi vide que sa Boite à outil!!!!". Tu sais ce que c'est au moins une caisse à outils?. Faut déjà être Manuel.