Comment la France a subventionné les porte-avions britanniques

le
0

Selon la Cour des comptes, le projet de porte-avions franco-britanniques, lancé en 2005 et abandonné en 2008, s'est soldé par une perte sèche de 200 millions d'euros pour les caisses de l'État.

Lancé en 2005, suspendu en 2008 et absent du livre blanc de la défense nationale de 2013, le projet de porte-avions franco-britanniques a coûté cher aux finances publiques françaises. La perte sèche s'élève à 200 millions d'euros, a calculé la Cour des comptes. Cette somme a été dépensée sur une courte période (2006-2007) et représente 73 % des dépenses engagées (287 millions d'euros) pour lancer un hypothétique second porte-avions à propulsion nucléaire français.

Ce projet devait permettre à la France d'assurer «la permanence à la mer» de sa puissance de projection ce qui est impossible avec le seul porte-avions Charles de Gaulle, mis en service en 2001. Celui-ci n'est disponible que 65 % du temps compte tenu des périodes d'immobilisation dues à des opérations d...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant