Comment la forêt renaît de ses cendres

le , mis à jour à 06:07
0
Comment la forêt renaît de ses cendres
Comment la forêt renaît de ses cendres

Des troncs noircis et des branches tordues par les flammes. Vitrolles (Bouches-du-Rhône) ou la station californienne de Wrightwood (Etats-Unis) montrent les mêmes paysages désolés. La semaine dernière, 3 000 ha de garrigue au nord de Marseille partaient en fumée. Cette semaine, c'est le sud d'une Californie surchauffée qui brûle. Hier, les collines à l'est de Los Angeles étaient encore la proie des flammes.

 

Toutes les espèces repoussent-elles ? « Les kilomètres de forêts grignotés par les brasiers renaissent en général de leurs cendres, car chaque arbre, selon son espèce, a sa stratégie », rassure Laurence Le Legard-Moreau en charge des forêts des Bouches-du-Rhône pour l'Office national des forêts (ONF). Les chênes verts se révèlent par exemple de véritables phénix des bois, capables de faire de nouvelles branches à partir de souches carbonisées... mais bien vivantes. « On dit qu'ils font des rejets, comme l'essentiel des feuillus et quelques résineux, le genévrier ou le thuya de Barbarie par exemple », explique Laurence Le Legard-Moreau. Les pins, eux, meurent vraiment, charge à leurs « enfants » d'assurer la relève. Mais comme ces résineux poussent haut et vite, ils seront les premiers à s'élever de nouveau...

 

Certains arbres aiment-ils le feu ? « Quelques espèces sont particulièrement bien adaptées aux incendies fréquents. On parle de pyrophytes », détaille la forestière. Prix spécial du jury pour le pin d'Alep, très fréquent dans le sud de la France. Son écorce fine et ses aiguilles raplapla ne lui sont d'aucune aide face aux flammes. Il est le premier à mourir. En revanche, le feu va paradoxalement l'aider à se reproduire. Contrairement à ses cousins pins parasols ou pin des Canaries, il ne libère pas sa semence à la maturité sexuelle. Les écailles de ses pommes de pin restent hermétiquement scellées par de la résine... qui ne fond qu'à la chaleur du feu. Après un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant