Comment la BCE veut révéler le véritable état des banques

le
26
Les banques françaises vont devoir prouver leur résilience.
Les banques françaises vont devoir prouver leur résilience.

L'opération prendra fin en octobre 2014. Pendant douze mois à partir de novembre, la BCE va mener une opération-vérité sans précédent sur l'état réel des 130 plus grandes banques de la zone euro. L'institution de Francfort, qui va devenir le superviseur unique des institutions financières privées des 17 États membres, n'entend en effet pas assumer son nouveau rôle sans savoir où elle met les pieds. Elle souhaite également rassurer définitivement les marchés quant à l'état de santé du système bancaire européen. Mais la BCE ne va pas se contenter de mener de simples tests de résistance (stress-tests), comme ceux qui avaient été conduits en 2010 et en 2011 par l'Autorité bancaire européenne (ABE). À l'époque, celle-ci n'avait pas su détecter les établissements fragiles, ce qui avait miné sa propre crédibilité ainsi que celle de l'ensemble du système bancaire européen.

Évaluer les risques des banques, un casse-tête

Pour éviter de tomber dans le même piège, la BCE va donc au préalable évaluer les profils de risques de chaque banque, comme leur dépendance à la liquidité ou leur vulnérabilité à des chocs extérieurs. La BCE va également superviser un examen des actifs inscrits au bilan de chaque banque (prêts, dettes souveraines, etc.) pour savoir s'ils sont correctement valorisés (au 31 décembre 2013 pour éviter que les banques gèlent leurs crédits pendant tout le processus) et augmenter ainsi la transparence du...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marsupi8 le samedi 26 oct 2013 à 17:54

    tous part en sucette je regarde les salle des ventes c'est pas la grande forme au niveau ventedonc ! meme eux sont touché sa se voit !!!!!! on va morflé grave

  • sarestal le samedi 26 oct 2013 à 13:36

    le vote sur la taxe épargne "à 15.5% ' : VOTES : 64 pour et 22 contre....par contre on paye 577 députés.................... VIVE LA FRANCE .-

  • sarestal le samedi 26 oct 2013 à 13:31

    J'aurai tout d'abord contrôlé les comptes de l 'UE et la gabegie financière de son parlement...... et des ses commissions .....sans parler du taux de présence ???? c'est pire qu'à l'assemblée nationale ...parait il

  • M7313387 le samedi 26 oct 2013 à 13:29

    Un politicien, 9 balles, 10 fusils, c'est le seul moyen de redresser le monde. Mais quand on aura compris cela, ils seront à l'abris, et nous pleurerons sur le cadavre de nos enfants.

  • pichou59 le samedi 26 oct 2013 à 12:20

    comment est contrôlé l'ETAT EUROPE : ces profiteurs : pas de cotisations de retraite , grosses indemnités , cumulards, .....ils préfèrent demander aux états de taper sur les petits

  • t_n_t le samedi 26 oct 2013 à 12:16

    si les politicards avaient joué leur role l'économie et les banques ne seraient pas au bord d'une nouvelle crise (fatale)

  • M4328752 le samedi 26 oct 2013 à 01:14

    Mieux vaille qu'elle ne fasse pas des tests réels...MDR !!

  • frk987 le vendredi 25 oct 2013 à 17:30

    Non M781.., jusqu'à présent les banques présentaient n'importe quoi en guise de bilan, la BCE va enfin mettre son nez dans les comptes et c'est très bien. Un simple exemple toute créance en retard de paiement de 90 j sera enfin comptabilisées en créances douteuses.Les grosses surprises seront sur les banques allemandes.

  • M7817796 le vendredi 25 oct 2013 à 17:02

    Pourquoi la BCE jusqu'à présent dissimulait la vérité des bilans? Le peuple français veut reprendre sa banque centrale. La confiance est rompue.

  • mlemonn4 le vendredi 25 oct 2013 à 16:58

    Oyez, Oyez braves gens, croyez la bande à Goldman Sachs qui a noyauté l'ensemble de nos institutions et autorités européennes après avoir conspiré contre elles dans différentes institutions bancaires; les banques vont mieux tellement mieux qu'elles ne financent toujours pas l'économie; donnons du temps au temps pour effacer leurs créances douteuses bien sûr, sur le dos du contribuable pour mieux recommencer à spéculer demain, car malheureusement les leçons n’ont toujours pas été tirées.