Comment l'Europe veut éviter les crises futures

le
0
Les dirigeants européens ont décidé dans la douleur de renforcer le contrôle sur les finances nationales. En contrepartie, le plan de sauvetage financier inventé pour la Grèce devrait être pérennisé.

Laborieuses et houleuses, les négociations entre les dirigeants européens à propos du renforcement du traité de Lisbonne se sont terminées très tard, dans la nuit de jeudi à vendredi. L'enjeu était de taille: réformer les règles européennes afin d'éviter que ne se reproduise la crise de la zone euro du printemps dernier. Mais sans se lancer pour autant dans une révision profonde du traité de Lisbonne. Son adoption a laissé de douloureux souvenirs dans de nombreuses capitales.

«Les négociations ont été dures», a reconnu la chancelière allemande Angela Merkel à la sortie de la réunion. Peu de sujets faisaient en effet l'unanimité avant le sommet. Berlin, particulièrement, était isolé. Si aucune décision formelle n'a finalement été prise, les Etats ont lancé des «consultations» pour préparer une révision des règles européennes. A l'avenir, a affirmé Angela Merkel vendredi après la réunion, le Conseil européen fonctionnera comme un gouvernement é

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant