Comment l'école fabrique l'échec scolaire

le
11
L'échec scolaire se noue très tôt, dès la maternelle, étape essentielle pour maîtriser la langue orale qu'il va falloir apprendre à écrire.
L'échec scolaire se noue très tôt, dès la maternelle, étape essentielle pour maîtriser la langue orale qu'il va falloir apprendre à écrire.

Alain Bentolila est linguiste - à l'origine spécialiste des parlers créoles -, et il est l'un des meilleurs connaisseurs du système scolaire français, particulièrement l'école primaire. Il a créé et dirigé l'Echill (Échec scolaire et illettrisme), créé et dirigé le réseau des observatoires de la lecture, qui fédère plus de 7 000 enseignants en France et à l'étranger, et a été le conseiller scientifique de l'Observatoire national de la lecture (1). Né en Algérie en 1949, il est resté lié sentimentalement et professionnellement au Maghreb - il fut ainsi le directeur scientifique du projet medersat.com, qui a créé au Maroc plus de 500 écoles rurales, et vise entre autres à combler le retard pris dans les régions à majorité linguistique amazigh - la langue berbère. Il a obtenu en 1997 le grand prix de l'Académie française pour son ouvrage De l'illettrisme en général et de l'école en particulier et préside depuis 2010 le Centre de formation à distance des maîtres (CI-Fodem) à l'université Paris-Descartes. C'est à ces divers titres que je l'avais sollicité pour intervenir dans le documentaire réalisé en 2007 par Emmanuel Amara, Éducation nationale : un grand corps malade. Il a bien voulu répondre aux questions fondamentales que nous nous posons aujourd'hui. Plutôt que de jouer le jeu classique de l'interview, il a préféré répondre globalement : le lecteur trouvera ci-dessous le fruit...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dhote le mardi 26 nov 2013 à 07:46

    Ne dites que l'école et l'enseignement vont mal: il y a 50 ans mon fils obtenait son bac avec une mention TB comme 3 autres lycéens de son bahut, aujourd'hui ils sont 35 à l'obtenir alors!!!

  • dhote le mardi 26 nov 2013 à 07:40

    Réinstaurez le contrôle, les notes et le classement et dans 2 ans vous irez aux résultats.

  • mlaure13 le mardi 26 nov 2013 à 00:10

    3-Les «dispositifs de solidarité» soit 27,9 % des pensions versées, contre 16,2 % dans le privé. Le gros de ces dépenses provient du financement des départs anticipés à la retraite, par exemple des militaires, souligne le COR. Bien qu'en déséquilibre lui aussi, le régime des salariés du privé ne bénéficie pas de subventions, mais des taxes lui sont affectées, à hauteur de. 11% des pensions. Le constat est sans appel, les pensions de la fonction publique grève le budget de l’Etat ?...

  • mlaure13 le mardi 26 nov 2013 à 00:10

    2-Seul 27% des pensions de la fonction publique d'État sont financées par les cotisations, contre 82,9 % pour le régime des salariés du privé. Résultat, les pensions du public sont financées à 73 % par des subventions de l'État, qui pèsent 37,3 milliards d'euros. Reste que la réforme Ayrault des retraites ne s'attelle précisément pas à combler le déficit du régime du public. D'autre part, il ressort du rapport que ce régime est plus généreux que celui des salariés du privé.

  • mlaure13 le mardi 26 nov 2013 à 00:09

    1-Les retraites des fonctionnaires largement subventionnées: C'est un rapport sur un sujet très sensible, le mode de financement des différents régimes de retraites, que les membres du Conseil d'orientation des retraites (COR) étudieront ce mardi. Hasard du calendrier, les députés examineront au même moment le projet de loi sur la réforme des retraites, en deuxième lecture. Ce rapport confirme que le régime des fonctionnaires souffre d'un profond déséquilibre.

  • M1903733 le lundi 25 nov 2013 à 19:56

    Pas besoin de le fabriquer ça se fait tout seul.

  • knbskin le lundi 25 nov 2013 à 17:16

    Voilà quelqu'un qui dit des choses très vraies : tout commence dans le primaire et même avant, et le savoir, ça se transmet dans la douleur. Bon, ben qu'est-ce qu'on attend ? Ah ! Zut, ce n'est pas "politiquement correct".

  • mlaure13 le lundi 25 nov 2013 à 17:08

    Et MAI/68 est passé par la ?!!!...

  • ppetitj le lundi 25 nov 2013 à 16:15

    Quand on refuse le contrôle de la qualité de son travail a quoi s'attendre sinon à du travail moyen ou mauvais...

  • 11246605 le lundi 25 nov 2013 à 16:10

    Tous les profs ne sont pas mauvais, heureusement. Mais cela sont amplement cachés par les autres, et surtout par les choix politiques de plus en plus démissionnaires. A quand le bac avec 5/20 ?