Comment Hollande installe ses proches aux postes clés

le
4
Jack Lang, Olivier Schrameck, Jean-Pierre Jouyet... les socialistes ont bien vite oublié les promesses de la présidentielle d'un État impartial. La droite dénonce une «purge». Enquête.

Durant le quinquennat qui s'achève, il a été procédé à des nominations partisanes, parfois issues des cercles les plus proches, les plus intimes, voire des obligés. À l'avenir, les hauts fonctionnaires seront nommés sur leur compétence et leur expérience et la seule loyauté qui leur sera réclamée sera celle à l'égard de l'État, et non à l'égard du chef de l'État.» Dijon, le 3 mars 2012. Le candidat François Hollande se livre à un véritable réquisitoire contre Nicolas Sarkozy et les nominations dans la fonction publique pendant son mandat. Ce sera d'ailleurs l'un des leitmotivs de la campagne présidentielle du candidat socialiste: remettre en cause les choix humains du Président sortant, l'accuser de partialité dans ses nominations, dénoncer un «État UMP».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le jeudi 7 fév 2013 à 17:13

    Non seulement les socialos sont minoritaires (1 électeur sur 4) mais 100% du pouvoir leur appartient. Belle démocratie en vérité.

  • frk987 le jeudi 7 fév 2013 à 17:11

    tous pourris, vous faites une découverte ? Surtout les socialos, leur seule chance de survie c'est de phagocyter l'intégralité des pouvoirs pour se maintenir un peu plus longtemps..........

  • ANOSRA le mercredi 6 fév 2013 à 15:43

    Et Ségolène au conseil d'administration de la BPI, ainsi qu'A. Lauvergeon à celui d'EADS qui vient de lui refuser le poste de présidente malgré le forcing des ministres! " Moi Président, je ne nommerai pas..." est loin de tenir ses engagements!

  • mlaure13 le vendredi 1 fév 2013 à 22:33

    Faîtes ce que je dis...et non ce que je fais !!!...