Comment financer les funérailles d'un proche ?

le
1

Avec ou sans contrat obsèques, organiser les funérailles d'un proche est toujours un moment difficile. Notamment parce qu'il s'agit de parler d'argent en famille, lors d'une période d'avantage tournée vers le recueillement.

Entre frais de sépulture, frais d'obsèques ou achats divers, les funérailles représentent toujours un coût important. Alors pour éviter toute forme d'ennuis financiers qui peuvent parfois être encore plus douloureuses les familles, mieux vaut anticiper du mieux que l'on peut.

En vertu de l'obligation alimentaire imposée par la loi aux ascendants et descendants entre eux, les enfants, petits-enfants ou même parents d'un défunt sont tenus de financer ses obsèques. Et cela, y compris s'ils refusent sa succession. Chacun assumera la charge en fonction de ses ressources et sous réserve que la dépense ne soit pas excessive. Ainsi, on ne peut imposer à un proche de participer au financement pour élever un monument funéraire, une pierre tombale grandiose…

A noter

Ceux qui assument cette charge financière ont le droit de déduire ces frais de leur revenu imposable.

Le financement par le défunt lui-même

Lorsque le patrimoine du défunt est suffisant, les frais d'obsèques peuvent être prélevés sur ses comptes bancaires créditeurs. Un décret fixe ainsi le plafond de ce prélèvement à 5 000 €. La banque n'a pas le doit de le refuser, même si les comptes du défunt sont bloqués au jour de son décès.

Et dans ce cas, la somme peut être versée directement à l'entreprise de pompes funèbres. Le reste doit être financé par la famille.

Le financement par un contrat obsèques

Le principe du contrat obsèques est de permettre à son souscripteur de régler ces questions financières avant son décès. Et s'il le souhaite, d'organiser lui-même ses funérailles. Ce type de contrat peut se souscrire le plus souvent jusqu'à 75 ans. Il n'y a pas de questionnaire médical.

Attention, le décès n'est pas couvert lors des 2 premières années de souscription. Les modalités de cotisations sont libres: au mois, à l'année ou même en une seule fois.

Pour choisir la meilleure formule, demandez des devis, comparez les offres entre elles: prix, prestations, délais de carence. Sans oublier les frais de dossier.

Les aides financières

Le financement des obsèques peut être, en partie, réalisée grâce à l'aide de certains organismes sociaux. À commencer par la sécurité sociale, les caisses de retraite du défunt, sa mutuelle ou même les compagnies d'assurances. En effet, si le défunt était salarié son employeur a pu souscrire un contrat complémentaire auprès d'un organisme de prévoyance, prévoyant le versement d'un capital aux proches. Autant d'aides qui peuvent, elles, représenter des allié dans ces situations compliquées. Il faut contacter chacun de ces organismes pour espérer le versement de l'aide qui intervient… après les obsèques. Il faudra donc impérativement faire l'avance des frais.

Lorsque le défunt est sans ressources suffisantes et que la famille n'est pas, non plus, solvable, les frais d'obsèques sont entièrement pris en charge par la commune, sans distinction de culte ni de croyance.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a un mois

    Laissez le sur le trottoir, c'est très rare qu'un cadavre ne soit pris en charge par les collectivités, faut dire qu'on paye assez d'impôts, peuvent le prendre en charge.