Comment faire jouer Angel Di Maria au PSG ?

le
0
Comment faire jouer Angel Di Maria au PSG ?
Comment faire jouer Angel Di Maria au PSG ?

Avant sa saison difficile en Angleterre, il avait peut-être été le joueur le plus déterminant de la saison 2013-14. De ses folles chevauchées madrilènes lors de la quête de la Décima à la pertinence de ses mouvements et de ses passes au Mondial brésilien, le petit ange avait fait rêver les croyants et convaincu les sceptiques. Autrefois ailier déséquilibrant, Di Maria avait su se transformer en brillant milieu relayeur ou intérieur. Sous le commandement de Van Gaal, il a carrément évolué dans tous les rôles de l'animation offensive. Alors, quelles options tactiques offre-t-il à Laurent Blanc ?

Dans un pays acquis à la gloire des numéros 10, ces divins Diez, Angel Di Maria a toujours été différent, spécial. Gaucher original comme Maradona, originaire Rosario comme Messi, mais sans le prestige authentique des deux autres. Les jambes maigres, l'allure quelque peu disgracieuse, les bras en zigzag, et une trajectoire qui a mis du temps à se décider. Son surnom, El Fideo, veut dire " vermicelles ". Angel est fin comme une nouille, et forcément, on le fait jouer sur un côté, loin des lumières. Logiquement, l'argentin est donc devenu une star loin de son pays, à Lisbonne, au pays des numéros 7. Depuis, une avalanche de passes décisives a enseveli le football européen. Au contraire des autres ailiers youtubesques, Di Maria a toujours un objectif derrière son envie d'éliminer l'arrière latéral qui lui barre son chemin. Et ça ne fera pas de mal à un PSG classé 16ème de Ligue 1 en nombre de centres par match la saison dernière.

L'ailier créateur qu'auraient dû être Ménez, Lavezzi ou Lucas


C'est l'option la plus naturelle, aussi bien pour le joueur que pour l'effectif du PSG. Que ce soit à gauche ou à droite, El Fideo s'est fait connaître en éliminant son vis-à-vis, en centrant avec précision, en revenant vers l'intérieur ou encore en courant après son adversaire tout le long de son couloir. Souvent utilisé à droite par José Mourinho à Madrid, dans un rôle similaire à celui de Robben, Di Maria a brillé par la multitude de choix qu'il propose balle aux pieds : frappe du gauche, passe en profondeur, louche, centre plongeant, dribble Trouver des espaces là où l'entraîneur adverse avait tout fait pour qu'il n'y en ait pas, voilà sa spécialité. Et ça donne 72 passes décisives sur les cinq dernières saisons en club.

Le 22 du Real et 7 de Manchester réunit les deux qualités les plus importantes pour un ailier moderne : l'imprévisibilité en attaque et le volume de jeu en défense, et surtout au pressing (ce qui par ailleurs s'est bien moins vu à Manchester : par rapport à sa saison en Premier League, il a réussi quatre fois plus de tacles par match durant la Copa América). M'option Di Maria donnerait aux couloirs parisiens une autre densité et appellerait de nouvelles combinaisons avec les latéraux, mais surtout les milieux. D'où les véritables interrogations que fait naître son arrivée à Paris : comment Di Maria va-t-il interagir avec Matuidi et Pastore à l'intérieur ?





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant