Comment expliquer le raz-de-marée d'Erdogan ?

le
2
Le parti du président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan (photo) conserve la majorité absolue au Parlement turc.
Le parti du président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan (photo) conserve la majorité absolue au Parlement turc.

Au lendemain du séisme électoral qui a secoué la Turquie, l'heure est désormais à l'autocritique dans les partis de l'opposition turque. Comment expliquer le raz-de-marée du parti islamo-conservateur qui frôle son score historique de 2011 en remportant 49,41 %, mais que l'on donnait pourtant aux abois en juin dernier ? Si le ? futur - Premier ministre, Ahmet Davutoglu, à la lecture de son compte Twitter, voit dans ce plébiscite une grâce de Dieu, les raisons de cette victoire, elles, sont sûrement ailleurs.

Les sociaux-démocrates bons perdants

Pour expliquer ce succès, il faut d'abord un bon perdant. Attendu par les sondages comme l'un des principaux bénéficiaires de ce scrutin d'automne, le parti social-démocrate CHP a déçu. Avec 25,38 % des voix, il n'obtient que deux nouveaux sièges au Parlement. « Le parti est bloqué dans son vivier électoral, autour de 25 %, et n'a pas su attirer de nouveaux électeurs, il va falloir sérieusement repenser notre discours », estime sobrement Aykan Erdemir, membre du parti de gauche.

Quant à la victoire sans appel de l'AKP, la raison ne fait aucun doute pour cet ancien député : « Il semble que l'escalade de la violence ait profité au président Erdogan et à son ancien parti, l'AKP. » Depuis juillet, la Turquie est en effet déchirée par une nouvelle vague de violence entre les forces de sécurité et les rebelles du PKK qui ressemble dangereusement aux années de plomb qui...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • odnaz le lundi 2 nov 2015 à 10:20

    C'est surtout nous et nos médias qui sommes devenus sourds aux autres surtout s'ils sont de culture (très) différente. On voit ça régulièrement : nos médias et nos "intellectuels" se plantent régulièrement quand il s'agit des élections iraniennes, américaines, polonaises, ... Ne serions-nous pas si intelligents que nous pensons l'être ?

  • M940878 le lundi 2 nov 2015 à 09:36

    L'islamisme a gagné en Turquie et dire que certains voulaient que ce pays fasse partie de l'Europe