Comment éviter les jouets de Noël dangereux

le
0

La DGCCRF a conclu dans sa campagne de fin d'année sur les jouets de Noël que près de 12% de ceux-ci n'étaient pas conformes aux normes. Comment rester vigilant ?

Les lutins du Père Noël ne suivent pas scrupuleusement les normes européennes sur les jouets. Chaque année, la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes ) met en évidence qu'un nombre significatif de jouets ne sont pas conformes aux normes en vigueur. Ils sont donc potentiellement dangereux. Selon des chiffres de sa dernière campagne de fin d'année transmis lundi par le secrétariat d'État à la Consommation, elle a conclu à un taux de non-conformité de 11,7% parmi les produits prélevés par les agents des fraudes.

Ce pourcentage est inférieur à celui de l'an dernier, où le taux de produits non-conformes et dangereux avait atteint les 15%.706 avertissements - la plupart liés à des défauts d'étiquetage - ont par ailleurs été émis.

L'attention des agents des fraudes s'est particulièrement portée sur les jouets «premier âge», les coffrets d'expériences chimiques, les jouets parfumés, les jeux d'activités type portique et balançoire et les jouets en bois ou radio-télécommandés.

La DGCCRF a également été vigilante, dans le cadre des contrôles effectués chez les fabricants et importateurs de jouets, sur l'éventuelle présence de métaux lourds, de substances parfumantes allergisantes ou de composants chimiques.

Plusieurs études ont mis en évidence ces dernières années les conséquences néfastes sur la santé de produits toxiques présents dans les jouets, parmi lesquels on peut citer: les phtalates (substances cancérigènes) et le bisphénol A dans les jouets en plastique, le formaldéhyde (gaz très volatil) dans les jouets en bois, ou encore les métaux lourds dans les peintures ou le maquillage.

Conseils aux parents

Pour éviter des lendemains de Noël tragiques, la DGCCRF rappelle dans son guide de la consommation «pour des fêtes réussies», les grands principes de la réglementation applicable aux jouets.

Vérifier le marquage obligatoire «CE»

Le «marquage CE» est une attestation, par le fabricant, de conformité de son produit à la directive européenne sur le jouet: absence de bords tranchants, prevention des risques d'ingestion, non inflammabilité…Ce marquage n'est pas une garantie de sécurité car c'est le fabricant qui l'appose. Le rôle d'instances comme la DGCCRF est de vérifier justement que cet engagement est bien respecté. La mention CE est obligatoire, et doit être visible, lisible et indélébile.

• Vérifier la classe d'âge à laquelle est destiné le jouet

Rendues obligatoires également par la directive européenne, les avertissements à destination des jeunes

utilisateurs doivent être signalés par des pictogrammes ou des mentions. Le pictogramme «Interdit aux enfants de 36 mois» doit se trouver sur tous les jouets présentant un risque pour l'enfant. Petites pièces pouvant être ingérées, risque d'étouffement voir d'étranglement avec des ficelles de jouets à traîner par exemple. Pour les jeunes enfants, il vaut mieux privilégier les mécanismes simples et éviter les jouets qui comportent des mécanismes pliants (risque de pincement ou de coupure).

Veiller à la traçabilité du jouet

Il est impératif que le jouet contienne une notice, et celle-ci doit être écrite en français. Il est également fortement conseillé de privilégier les circuits classiques et d'éviter d'acheter des jouets à des revendeurs à la sauvette.

• Attention aux vieux jouets

La DGCCRF met en garde également au sujet des vieux jouets, souvent revendus dans le cadre de brocantes ou de collectes de Noël, qui peuvent souvent ne pas être conformes aux exigences actuelles de sécurité.

La vigilance doit être particulière au sujet des piles utilisées dans les jouets électriques, notamment anciens. Bien que d'un usage courant, elles peuvent être la cause d'accidents, lorsqu'elles sont trop vieilles, lorsqu'elles ont reçu un choc ou lorsqu'elles ne sont pas changées toutes en même temps. De nombreux magasins sont désormais équipés de conteneurs destinés à récupérer les piles usagées.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant