Comment en vouloir à Picamoles ?

le
0
Comment en vouloir à Picamoles ?
Comment en vouloir à Picamoles ?

Sanctionné d'un carton jaune pour un geste idiot sur Richie McCaw, Louis Picamoles est tout excusé. Non seulement sa sortie n'a rien changé au match, mais en plus, le Toulousain a été le seul à répondre présent à chaque match dans cette Coupe du monde.

Alors oui, sa Coupe du monde s’est terminée par un carton jaune au Millennium de Cardiff. Oui, Louis Picamoles a réagi bêtement en assénant un « petit » coup de poing au visage du provocateur Richie McCaw. Mais comment en vouloir au troisième ligne centre des Bleus ? Celui qu’on pensait perdu pour le très haut niveau il y a encore un an a été le meilleur Français pendant cette Coupe du monde. Contre les Blacks samedi soir, il a été le seul à sortir la tête à l’eau et à tenter d’insuffler un vent de révolte, à l'image d'un essai inscrit en début de seconde période, qui n'a malheureusement pas eu le temps de redonner de l'espoir aux Bleus.

Cloué au lit il y a un an

Excellent contre l’Italie, convaincant contre la Roumanie, et bien seul contre l’Irlande, Louis Picamoles a réussi un tournoi plein. Pourtant il y a un an, le joueur de 29 ans avait quasiment fait une croix sur le Mondial anglais. Atteint d’une pneumopathie tenace, Picamoles n’a fait son retour que lors du dernier Tournoi et avait raconté son calvaire devant la presse. « Il y a eu des périodes vraiment compliquées. J'ai dû rester quatre-cinq jours en clinique car ça devenait inquiétant. Quand tu ne peux même plus jouer avec des garçons en bas âge car le moindre effort te demande beaucoup d'énergie et te fatigue. Il y a dix jours où ça a beaucoup cogité. »

Capitaine de Novès ?

A l’heure où les Michalak, Papé, Szarzewski et peut-être Dusautoir vont tirer leur révérence, le XV de France va avoir besoin de patrons sur et en dehors du terrain. Longtemps dans l’ombre d’Imanol Harinordoquy, « Loulou » est devenu un cadre indiscutable sur la pelouse, le Toulousain a tout pour devenir le capitaine français sous Guy Novès. Les deux hommes se connaissaient depuis 2008, année de l’arrivée du Parisien à Toulouse. Maestri, Huget ou encore Parra peuvent aussi remplir cette fonction. Nul doute que le successeur de Philippe Saint-André s’appuiera sur lui pour bâtir les fondations de l’avenir de l’équipe de France. Un avenir qui passe par Picamoles, seul Français à mériter les félicitations après ce Mondial calamiteux.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant