Comment élaborer un plan de financement immobilier

le , mis à jour le
0

Les banques, notaires et autres agences immobilières, sont tous d'accord sur ce point : les prix de l'immobilier réalisent une baisse historique. En août 2014, l'économiste Jean-Luc Buchalet annonçait ainsi prévoir une baisse de 30 %, avec une explosion de la bulle propre au secteur. Pour les propriétaires potentiels, c'est le moment d'acheter. Mais il n'est pas question de foncer tête baissée, car tout achat a besoin d'un plan de financement solide.

Faire un plan de financement
Faire un plan de financement

A quoi ressemble un plan de financement ?

Réfléchi en amont de l'achat, le plan de financement se présente sous la forme d'un simple tableau. Celui-ci listera, d'un côté, les dépenses engendrées par l'achat du bien. Ainsi, vous y ajouterez le prix d'achat, bien sûr, mais également :

  • Les frais de notaire ;
  • Le prix des éventuels travaux, en particulier si le bien est ancien ;
  • Les frais d'agence.
A ce plan, ajoutez également toute dépense spécifique au logement (travaux de réfection, alarme, mobilier…). Lorsque l'estimation d'une dépense comme des travaux de mise aux normes par exemple devient délicate, l'appel à un expert doit devenir un réflexe. Celui-ci permet d'obtenir une vision réaliste de l'avenir. D'un autre côté, le tableau devra intégrer toutes les ressources que les futurs propriétaires peuvent investir :
  • En premier lieu, la somme du (des) prêt(s) bancaire(s) ;
  • Prêt(s) privé(s) ou sociaux ;
  • Votre apport personnel ;
  • Rentes.
  • Ici aussi, n'hésitez pas à détailler les recettes. Par exemple, dans le cas où vous avez contracté plusieurs prêts, précisez dans votre plan de financement combien chacun d'entre eux est censé couvrir.

    A quoi ressemble un plan de financement ?

    L'une des règles d'un bon plan de financement est qu'il doit permettre de comprendre, en un coup d'œil, comment l'ensemble des dépenses va être couvert. Ceci doit vous éviter de mauvaises surprises dès lors que vous serez engagé. Par conséquent, il est nécessaire de rester le plus réaliste possible sur ses propres recettes, et d'envisager que celles-ci puissent fluctuer. Les rentes, par exemple, peuvent s'arrêter dans un avenir plus ou moins proche. Une stratégie gagnante, quoique stressante, consiste à envisager la pire situation comme une perte de revenus, avec le plus de dépenses et le moins de recettes. Si votre plan de financement fonctionne malgré cela, c'est qu'il est solide. Ceci étant, avec la situation actuelle, les banques et d'autres organismes proposent toujours plus de crédits différents. Par exemple, le prêt à taux zéro renforcé (noté PTZ+) a été créé en août 2014, avant d'être redéfini en octobre. Il s'adresse aux foyers modestes cherchant à acquérir leur première demeure. Réussir son plan de financement passe donc par une recherche du meilleur crédit à contracter. Attention cependant : tous ne sont pas cumulables. Mais votre banque comme les services publics peuvent vous aider à y voir plus clair.

    Trucs et astuces

    Internet regorge d'outils en ligne permettant de calculer les dépenses et les recettes. S'ils peuvent vous faire gagner un temps considérable, prenez garde à choisir celui qui calculera le coût de votre achat le plus justement.

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant