Comment décrocher un tête-à-tête avec François Hollande à l'Elysée

le
6
Comment décrocher un tête-à-tête avec François Hollande à l'Elysée
Comment décrocher un tête-à-tête avec François Hollande à l'Elysée

Le secret était bien gardé. Porté par un léger regain de popularité, François Hollande a bel et bien décidé de franchir un pas supplémentaire dans son travail de proximité avec les Français : le président a tout bonnement décidé d'ouvrir « une permanence » au sein même de l'Elysée afin d'en recevoir certains... en tête à tête.

C'est le chef de l'Etat lui-même qui a eu cette idée. Un vieux rêve pour celui qui n'a jamais caché, s'il devenait président, vouloir ouvrir le palais de l'Elysée sur l'extérieur. Le travail a commencé vendredi. Dans l'après-midi, cinq Français ont ainsi été reçus individuellement dans le bureau même du chef de l'Etat. Des entretiens qui n'étaient pas inscrits à l'agenda officiel, hors médias, et qui, pour chacun, a duré une petite trentaine de minutes.

Qui sont ces invités surprises ? Vendredi, c'était un patron de PME, une bibliothécaire, un retraité, un chômeur, un commerçant... Certains venus de province (Loire-Atlantique, Sarthe), d'autres de région parisienne. Bref, des Français anonymes qui n'ont jamais eu l'occasion de croiser le chef de l'Etat lors d'un déplacement, voire sur un plateau de télévision. Chacun lui avait au préalable adressé un courrier personnel, en sollicitant notamment un rendez-vous. Le service de la correspondance présidentielle (qui reçoit chaque jour entre 1 500 ou 2 000 lettres et courriels) a ensuite effectué une sélection sous le contrôle de la directrice de cabinet, Sylvie Hubac. Ces Français ont reçu confirmation par téléphone : « Vous allez être reçu par le président... »

Les billets de train payés par l'Elysée

Vendredi, ils ont donc exposé leurs attentes, parfois leurs critiques, bien souvent leurs situations personnelles. Et, le cas échéant, obtenir un petit conseil pour faire avancer leur dossier. Hollande, lui, en a profité pour expliquer les yeux dans les yeux le sens de sa politique, comme dans une permanence ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le jeudi 18 déc 2014 à 18:18

    Un coup de boule...

  • charleco le jeudi 18 déc 2014 à 13:37

    Il faut déjà avoir envie de voir sa tronche de près. Beurk!

  • frk987 le jeudi 18 déc 2014 à 13:16

    A-t-on le droit de se présenter avec une arme ???? si oui je postule.

  • M940878 le jeudi 18 déc 2014 à 13:13

    Je ne vois pas l'intérêt sauf à l'inciter à quitter ses fonctions avec un coup de pied au derche

  • Berg690 le jeudi 18 déc 2014 à 13:08

    Pourquoi faire?

  • C177571 le jeudi 18 déc 2014 à 13:01

    Il faut se déguiser en JULIE!!