Comment bien suivre l'Euro à Saint-Denis

le
0
Comment bien suivre l'Euro à Saint-Denis
Comment bien suivre l'Euro à Saint-Denis

Avec sept matchs au Stade de France, Saint-Denis se nourrit littéralement de football pendant un mois. Une ville qui connait pas mal le ballon rond, vu tous les talents qu'elle sort, et qui voit régulièrement se pointer Clément d'Antibes. Mais qui n'est pas reconnu pour ses bars bon marché.

Les moments forts du Stade de France


Contrairement à ses collègues de l'Euro qui sont intimement liés à un club (Parc des Princes/PSG, Bollaert/Lens, Parc OL/Lyon…), le stade de France a été construit, à l'origine, pour l'équipe de France, comme son nom l'indique. Et pour un événement précis : le Mondial 1998. Le summum d'émotions footballistiques dans cette enceinte a même eu lieu quelques mois après son inauguration (le 28 janvier 1998 et une victoire de l'EDF devant l'Espagne sur un but de Zidane) à la fin de la compétition avec la Coupe du monde brandie par Didier Deschamps le 12 juillet. Si l'on reste dans le monde du ballon rond, le SdF a aussi accueilli la finale de la Ligue des Champions 2000 le 24 mai, qui a vu triompher le Real Madrid d'Anelka, dernier buteur face à Valence (3-0). Puis celle de 2006, avec la frustrante défaite d'Arsenal contre le Barça (1-2). Les équipes de l'Hexagone, qui ont quand même beaucoup de mal à rallier les finales européennes, ont tout de même pu visiter le Stade de France, lieu des finales de Coupe de France comme de Coupe de la Ligue. C'est ainsi que Calais, modeste club amateur de CFA, s'est offert une confrontation contre Nantes devant près de 80 000 supporters le 7 mai 2000.

Youtube

Ils sont nés à Saint-Denis (ou dans le département)


Comme de nombreux départements d'Île-de-France, la Seine-Saint-Denis est un gros vivier de talents. Avec en tête de cortège Sylvain Wiltord, l'homme qui a sauvé la France lors de l'Euro 2000. Suit de près Olivier Dacourt, excellent milieu défensif qui a roulé sa bosse en Série A, ainsi qu'Alou Diarra, qui a failli remporter la Coupe du monde 2006. Pour ce qui est des éléments davantage d'actualité, citons Moussa Sissoko, présent à l'Euro avec les Bleus, Geoffrey Kondogbia de l'Inter Milan, Abou Diaby, qui aurait pu remporter trois Ballons d'or si son corps était à la hauteur de son talent, et Nicolas Douchez, cocu de service au PSG. Enfin, comment oublier l'exceptionnel Pascal Nouma, véritable coqueluche en Turquie ? On passera sur Jean-Christophe Bahebeck, Boukary Dramé, Lionel Mathis, Mathieu Valverde, Gabriel Obertan, Mamadou Samassa, Charles Itandje ou Serge Gakpé.[BR…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant