Comment bien suivre l'Euro à Lens

le
0

Une petite ville de moins de 40 000 habitants et quatre matchs de l'Euro dont un huitième de finale. Une ville où les gens se déplacent en auto-stop et qui a vu jouer l'immense génération Sikora-Vairelles. Lens et son Bollaert, uniques en France.

Les moments forts du foot lensois


L'Angleterre-Pays de Galles du 16 juin 2016 restera dans les annales de Bollaert-Delelis. Pour les quantités de bière ingérées par les supporters britanniques, mais aussi pour l'ambiance qu'ils ont offerte au stade artésien. En 1984, l'enceinte avec déjà accueilli le championnat d'Europe, mais son vrai grand moment de football international reste le huitième de finale étouffant entre la France et le Paraguay, en 1998. Une année à marquer d'une pierre bleue, sang et or pour Lens puisque, quelques semaines plus tôt, le Racing braquait l'unique titre de champion de son histoire. S'ensuivent les années glorieuses du Racing, avec des victoires à domicile contre l'AC Milan ou le Deportivo la Corogne en Ligue des Champions, une demi de coupe de l'UEFA contre Arsenal et Titi Henry en 2000, et même une coupe de la Ligue 1999. La génération dorée des Tonygoal, Cap'tain Siko, Gus Warmuz et autres Mika Debève. Mika, l'homme de l'exploit qu'aucun Lensois n'a oublié : une première victoire française à Wembley, face à Arsenal, en 1998.

Youtube

Ils sont nés à Lens (ou pas loin)


Lens, son Racing, son Bollaert, Les Corons à la mi-temps... Une ville pouponnière de talents pour un club enraciné dans sa région ? Oui, mais aussi une petite cité de moins de 40 000 habitants. Les vrais purs produits lensois sont donc rares. Ils s'appellent Ludovic Batelli – aujourd'hui entraîneur des U18 français –, Cédric Anselin – quelques minutes en finale de Ligue Europa 1996 avec Bordeaux – et surtout Chérif Oudjani. Fils d'Ahmed, meilleur buteur de l'histoire du Racing, Chérif Oudjani est aussi le seul international de football, avec l'Algérie, né dans la ville. Il faut pousser une trentaine de kilomètres, à Auchel, pour retrouver un international français en la personne de Pierre Laigle. La légende Eric Sikora, capitaine puis entraîneur du Racing, est née à Courrières, 12 km de Bollaert. En revanche, pour revenir sur les traces de Jean-Guy Wallemme ou du Druide Daniel Leclercq, il faut plutôt chercher vers Maubeuge et Valenciennes.

Le supporter emblématique : FDL aka Fred de Liévin


C'est un truc qu'on a tous fait : on n'a…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com