Comment bien préparer une relégation ?

le
0
Comment bien préparer une relégation ?
Comment bien préparer une relégation ?

Le duel entre Toulouse et Troyes pourrait avoir lieu en Ligue 2 l'an prochain. Esprit de compétition oblige, cette nouvelle reste toujours désagréable, mais permet parfois de reculer pour mieux sauter.

Sur le papier, cette rencontre entre les deux derniers de Ligue 1 ne fait rêver personne. Troyes erre au fond du classement, quand le Toulouse FC s'accroche encore à l'espoir d'un sauvetage de dernière minute. Bref, sauf retournement de situation pour le Téfécé, ce match au Stadium sera une grosse affiche de la Domino's Ligue 2 la saison prochaine. Une compétition à laquelle la lanterne rouge, beaucoup, et sa voisine, un peu, se préparent chacune de leur côté. Ancien entraîneur de l'ESTAC entre 2010 et 2015, Jean-Marc Furlan connaît la mentalité du club aubois, où il a connu pas moins de trois montées et deux descentes. "Déjà, tout dépend de la dynamique que vous avez après le championnat. Ensuite, il faut observer les aspects financiers du club. Quand je suis descendu avec Troyes en juin 2013, on termine septièmes du championnat sur les matchs retours et on arrive en demi-finale de coupe de France. On avait de la tonicité, du dynamisme et de l'optimisme dans le vestiaire. Le problème, c'est que nous n'avions pas les moyens de conserver N'Goyi et Thuram, les leaders de vestiaires… C'est pour cela que nous avons dû attendre deux ans avant de remonter." Comme une addiction à la cigarette, la descente reste mal perçue, mais toujours surmontable.

"Rechercher de la stabilité"


La descente concerne tout un groupe : dirigeants, entraîneur, staff technique, joueurs… Malgré cela, la remise en question des postes suite à cette contre-performance doit toujours être mesurée. "Chez les entraîneurs, la dynamique d'une équipe laissée par un homologue dépend beaucoup du début de saison du repreneur, explique Furlan. En général, les présidents doivent plutôt se projeter sur deux, trois ans avec un entraîneur. Ces choses-là, les joueurs les ressentent aussi." L'ancien coach troyen parle en connaissance de cause. "En juin 2015 par exemple, on avait prévu deux cas de figure à partir du mois de janvier : soit un remaniement d'effectif en cas de descente, soit des recrutements à venir si on restait en Ligue 1. Dès lors, on avait déjà pensé à quel serait le groupe ou l'équipe en Ligue 2. On faisait des rapports tous les deux mois, avec toujours les deux cas de figures à développer sur les joueurs à suivre, sur l'effectif, les possibilités de départ…" Tout est étudié et…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant