Comment avoir une équipe bien équilibrée ?

le
0
Comment avoir une équipe bien équilibrée ?
Comment avoir une équipe bien équilibrée ?

Souvent évoqué par les techniciens en tout genre, l'équilibre d'une équipe est une notion difficile à appréhender. Alors simple invention linguistique ou réalité footballistique ? Et si finalement la réponse tenait un peu des deux ?L'affaire est un serpent de mer. Aussi complexe que de trouver une technique de drague infaillible ou du charme à Geneviève de Fontenay, la question de l'équilibre d'une équipe demeure une chimère qui se règle à coup de schémas tactiques sur paperboard. 4-4-2 classique, 4-3-3 moderne, 3-4-3 ambitieux, 5-4-1 frileux, les tentatives ont été nombreuses sans pour autant faire l'unanimité. Car par principe, l'équipe équilibrée se devrait de ne pas ?tre déstabilisée, débordée, et ainsi vaincre à chaque fois gr?ce à l'alliance ultime des forces en présence. Pourtant, et les années en sont témoins, nulle formule n'a trouvé gr?ce éternelle dans les résultats. Faudrait-il pour autant estimer que l'équilibre n'existe pas en football ? Faudrait-il considérer que les diététiciens ont été plus brillants en matérialisant le concept ultime de repas ? équilibré ? ? Non, donner plus de crédit à ces personnes profitant du moindre bourrelet pour alimenter le lobby du tofu n'est pas une option. Une équipe de football peut ?tre équilibrée. Simplement suffit-il d'en comprendre la définition.
Nivellements
? L'équilibre (du latin aequilibrium, de aequus "égal" et libra "balance, poids") est le concept qui décrit les situations où les "forces" en présence ? les parties dans le cas d'une métaphore ? sont égales, ou telles qu'aucune ne surpasse les autres. C'est une notion qui est utilisée dans de nombreux domaines. ? L'encyclopédie d'internet est claire : aucune force ne doit s'élever au-dessus d'une autre. Dès lors, deux options s'offrent aux équipes : la première, réservée à une élite, consisterait à n'aligner que des cadors, des joueurs de haut niveau, animés par un talent égal, de sorte que nul n'attire vers lui plus de ballon que nécessaire. Mais cette hypothèse relève de la pure utopie. Car le propre de chaque grande équipe est d'avoir un facteur X, un joueur aussi imprévisible que talentueux, qui vampirise le jeu pour le bien des résultats. Cristiano Ronaldo à Madrid, Cesc Fàbregas à Chelsea, ou Cheick Diabaté à Bordeaux en sont les meilleurs exemples. L'autre solution consisterait alors en un nivellement par le bas. Pas d'excès de zèle, de prises de risque, de dribbles, de frappes à 25 mètres. Simplement, une formation où les individus ne causeraient pas de déséquilibre en ce qu'ils seraient tous aussi médiocres les uns que les autres. Pour ne pas faire offense aux clubs ayant...

L'affaire est un serpent de mer. Aussi complexe que de trouver une technique de drague infaillible ou du charme à Geneviève de Fontenay, la question de l'équilibre d'une équipe demeure une chimère qui se règle à coup de schémas tactiques sur paperboard. 4-4-2 classique, 4-3-3 moderne, 3-4-3 ambitieux, 5-4-1 frileux, les tentatives ont été nombreuses sans pour autant faire l'unanimité. Car par principe, l'équipe équilibrée se devrait de ne pas ?tre déstabilisée, débordée, et ainsi vaincre à chaque fois gr?ce à l'alliance ultime des forces en présence. Pourtant, et les années en sont témoins, nulle formule n'a trouvé gr?ce éternelle dans les résultats. Faudrait-il pour autant estimer que l'équilibre n'existe pas en football ? Faudrait-il considérer que les diététiciens ont été plus brillants en matérialisant le concept ultime de repas ? équilibré ? ? Non, donner plus de crédit à ces personnes profitant du moindre bourrelet pour alimenter le lobby du tofu n'est pas une option. Une équipe de football peut ?tre équilibrée. Simplement suffit-il d'en comprendre la définition.
Nivellements
? L'équilibre (du latin aequilibrium, de aequus "égal" et libra "balance, poids") est le concept qui décrit les situations où les "forces" en présence ? les parties dans le cas d'une métaphore ? sont égales, ou telles qu'aucune ne surpasse les autres. C'est une notion qui est utilisée dans de nombreux domaines. ? L'encyclopédie d'internet est claire : aucune force ne doit s'élever au-dessus d'une autre. Dès lors, deux options s'offrent aux équipes : la première, réservée à une élite, consisterait à n'aligner que des cadors, des joueurs de haut niveau, animés par un talent égal, de sorte que nul n'attire vers lui plus de ballon que nécessaire. Mais cette hypothèse relève de la pure utopie. Car le propre de chaque grande équipe est d'avoir un facteur X, un joueur aussi imprévisible que talentueux, qui vampirise le jeu pour le bien des résultats. Cristiano Ronaldo à Madrid, Cesc Fàbregas à Chelsea, ou Cheick Diabaté à Bordeaux en sont les meilleurs exemples. L'autre solution consisterait alors en un nivellement par le bas. Pas d'excès de zèle, de prises de risque, de dribbles, de frappes à 25 mètres. Simplement, une formation où les individus ne causeraient pas de déséquilibre en ce qu'ils seraient tous aussi médiocres les uns que les autres. Pour ne pas faire offense aux clubs ayant...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant